cross-country

A terme, les seniors femmes parcourront la même distance (10 km) que les hommes aux Championnats de France de cross-country.

 

La Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) vient de voter une harmonisation des distances pour le cross-country. Dès les prochains Championnats du monde, les seniors femmes et hommes parcourront la même distance, à savoir, 10 km. Explications avec Annette Sergent, double championne du monde de la spécialité et membre de la commission cross-country à l’IAAF.

Les prochains Championnats du monde de cross-country, prévus à Kampala (Ouganda) le 26 mars 2017, seront une grande première. En effet, suite au récent vote de l’IAAF, les courses seniors femmes et hommes se dérouleront sur une distance similaire de 10 km. « Certains ne comprenaient pas pourquoi il y avait de telles différences en cross-country entre les hommes et les femmes, explique Annette Sergent, double championne du monde de cross (1987 et 1989) et membre de la commission cross-country à l’IAAF. Sachant que dans le reste de l’athlétisme, les distances sont équivalentes entre les hommes et les femmes. »

Une réforme adoptée progressivement en France

Avec habituellement environ 8 km au programme au niveau mondial, les athlètes féminines paient cette mise à niveau alors que leurs homologues masculins verront leur parcours réduit (habituellement entre 11 et 12 km). « Moi, personnellement, j’étais partagée, avoue Sergent. Le cross c’est quand même particulier. Il suffit qu’il y ait de la boue et la récupération est tout de suite différente. J’aurais préféré qu’on raccourcisse encore la distance pour les hommes que de rallonger pour les femmes. Je ne considère pas que les femmes soient moins capables mais musculairement l’équivalence n’est pas là. »

Validée au niveau international, cette réforme sera également appliquée en France, mais de façon progressive. « En France, on est encore à 6-7 km (7, 385 km pour les filles aux France du Mans en 2016 contre 11,645 km pour les hommes). Il faudra y aller pas à pas pour atteindre les 10 km. Les filles ont l’entrainement pour, mais en terme de récupération, 6 km ce n’est pas pareil que 10. Aux prochains Championnats de France de cross (26 février à Saint-Galmier), il n’y aura pas 10 km pour les filles mais la distance va un peu augmenter par rapport aux années précédentes. »

Mise en place d’un relais mixte

Une harmonisation des distances qui a pour but de rendre le cross-country éligible pour les Jeux olympiques d’hiver. « Le vrai objectif derrière est que le cross redevienne olympique, avance Annette Sergent. C’est donc important d’avoir une uniformité. »

C’est également dans cette optique qu’un relai mixte va être créé dès les prochains Championnats du monde de cross. Une façon de marcher dans les pas des disciplines olympiques comme le biathlon. « Il se déroulera sûrement en amont du championnat. Le relai sera composé de deux hommes et de deux femmes qui parcourront chacun une boucle. Le format doit être encore travaillé. »

Décrocher un ticket olympique sera évidemment un appât de taille pour le cross pour récupérer l’amour des athlètes (voir article). Car il est vrai qu’un relai mixte, composé par exemple de Clémence Calvin, Sophie Duarte, Hassan Chahdi et Florian Carvalho, couru sous les anneaux olympiques aurait fière allure.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment