Lavillenie

Déjà touché au quadriceps gauche, Renaud Lavillenie est cette fois gêné par l’ischio-jambier de la même jambe.

Renaud Lavillenie et Dimitri Bascou sont forfaits pour le meeting de Bercy qui aura lieu ce mercredi. Le premier nommé devrait ressauter d’ici la fin de l’hiver alors que le second devrait arrêter sa saison.

Voilà une saison post-olympique qui ne débute pas de la meilleure des façons pour Renaud Lavillenie. Victime d’une grosse contracture au quadriceps gauche lors de son stage à la Réunion, qui l’a freiné dans sa préparation, le recordman du monde de la perche venait seulement de reprendre les gaules qu’il doit déjà les ranger. En effet, suite à une rentrée au Perche Elite Tour de Rouen (5,50 m), Lavillenie s’est de nouveau blessé lors du All Star Perche chez lui à Clermont-Ferrand (5,71 m). Touché cette fois à l’ischio-jambier de la même jambe, il est d’ores et déjà forfait pour les meetings de Bercy (8 février) et de Berlin (10 février). « J’ai beaucoup donné dimanche (jour du All Star Perche) avec énormément d’envie et de plaisir jusqu’à abîmer mon ischio-jambier, a écrit Lavillenie sur sa page Facebook. Je vais rediriger mes forces sur la guérison et prendre le temps d’être opérationnel pour reprendre les chemins des sautoirs. »

Bascou se laisse une petite chance

Le champion olympique 2012 de la perche se laisse encore la possibilité de défendre ses chances aux prochains Championnats d’Europe en salle de Belgrade, lui qui est quadruple tenant du titre. Des Championnats continentaux que ne devrait pas voir Dimitri Bascou. Victime d’une petite déchirure en haut du quadriceps droit lors du 60 m haies du meeting de Dusseldorf (1er février), le champion d’Europe du 110 m haies doit observer deux semaines de repos complet avant de pouvoir reprendre la course. Un délai qui le rendrait apte à l’entrainement juste avant les Championnats de France Elite, deux petites semaines avant les Europe. « Je me laisse 5% de chance de poursuivre ma saison hivernale, a avoué Bascou lors de la présentation de la chaîne SFR Sport. L’hiver n’est pas un objectif prioritaire pour moi. Si ça ne tenait qu’à moi, j’arrêterais mon hiver là. Mais il y a le coach et mon entourage dont l’avis compte aussi. »

Auteur de 7 »51 en Allemagne, Bascou était, avant son pépin physique, évidemment l’un des grands favoris pour le titre continental, tout comme un Lavillenie même à 80 % de ses moyens l’était à la perche. Mais, même sans eux, la France devrait avoir des arguments à faire valoir sur ces deux épreuves lors du rendez-vous serbe, puisque ce sont peut-être, avec le triple saut masculin, les disciplines les plus denses de l’athlétisme français.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment