Laurane Picoche

Laurane Picoche a terminé première Française au cross de l’Acier.

 

Dans une course dominée par les athlètes des hauts plateaux, Laurane Picoche a tiré son épingle du jeu en terminant première Française du cross de l’Acier, support des sélections pour les Championnats d’Europe (11 décembre à Chia, Italie). Une surprise pour la Championne de France de cross 2012, dans une forme moyenne depuis plusieurs mois.

Alors que la majorité de la sélection seniors hommes s’était jouée au cross d’Allonnes la semaine dernière, les filles composaient leurs partitions aujourd’hui au cross de l’Acier à Leffrinckoucke pour obtenir leurs tickets pour les prochains championnats d’Europe de cross. Elles étaient une petite dizaine à pouvoir imaginer revêtir la tunique bleue dans deux semaines du côté de Chia (Italie). D’ailleurs, d’entrée, c’est la jeune Marie Bouchard, 20e aux Europe espoirs la saison dernière, qui prenait les commandes du bataillon français. Revenue des Etats-Unis pour tenter la sélection, la Bretonne paraissait très en forme en début de course, aux côtés des coureuses africaines. Dans sa foulée, les favorites Guérin, Duarte, Mezeghrane et Picoche restaient cachées.

Bardelle et Pruvost pas dans le coup

Mais alors que la première petite boucle se terminait, certaines tiraient déjà un trait sur l’équipe de France en la personne de Christine Bardelle et Fanny Pruvost, très vite décrochées. Devant, après un départ sûrement trop rapide, Marie Bouchard rétrogradait laissant place au quatuor Duarte, Guérin, Picoche et Mezegrane. L’écart se creusait alors entre les quatre Françaises et le reste de la meute.

Mais comme Bouchard quelques minutes plus tôt, c’était au tour de Samira Mezeghrane de connaître un coup de moins bien. Gênée par une angine en début de semaine, l’athlète du Stade de Vanves perdait du terrain et voyait Floriane Chevalier-Garenne et Léa Plumecocq la doubler.

Chevalier-Garenne s’installe

Devant, Laurane Picoche semblait parfaitement mener sa barque avec Aurore Guérin sur le porte-bagage et la championne d’Europe de cross 2013 Sophie Duarte. Finalement, Picoche profitait de la dernière boucle pour s’envoler seule vers la place de première Française devant Aurore Guérin et Sophie Duarte, qui devait même contenir le très beau retour de Floriane Chevalier-Garenne (4e). « C’est une satisfaction car j’ai de très mauvaises sensations à l’entrainement, avouait Picoche, toute émue dans la zone d’arrivée après la non qualification de son amie Christine Bardelle. Je ne me voyais même pas passer la qualif. Le cross d’Allonnes (2e Française) ne m’avait pas rassuré et la dernière semaine d’entrainement encore moins. J’ai essayé d’imprimer le rythme car je sais qu’au niveau du finish ce n’est pas le top. Ca fait des mois, voire des années que l’entrainement est compliqué. Mais il y a parfois de bonnes surprises. »

Léa Plumecocq

Léa Plumecocq a terminé cinquième Française.

Et alors que les qualifications d’Aurore Guérin et Sophie Duarte étaient attendues, c’est Floriane Chevalier-Garenne qui jubilait. « Je suis arrivée ici en croyant que je pouvais le faire mais avec beaucoup d’anxiété, expliquait Chevalier-Garenne, inscrite au cross à la dernière minute après un oubli de sa part. J’ai quasiment fait la course parfaite. Je suis restée prudente. Et en fait, les filles ont craqué une par une. »

Hésitation entre Plumecocq et Mezeghrane

Un schéma de prudence qu’a également respecté Léa Plumecocq (5e), ex-internationale juniors, qui, en terminant cinquième, s’est offert le droit de rêver en bleu, même si elle-même n’y croit pas trop. « J’ai fait ma course. Mon objectif n’était pas forcément les Europe mais d’être classée la meilleure Française possible. Je ne me suis pas enflammée et quand j’ai vu que ça tenait, j’ai foncé. Je pense que ça ne passera pas par rapport à mon expérience. Il y a des filles derrière moi qui ont beaucoup plus de palmarès. »

Alors que l’un des deux billets de repêchage est d’ores et déjà acquis à Liv Westphal (voir article), la sixième place se jouera donc entre Samira Mezeghrane et Léa Plumecocq, l’expérience contre la jeunesse. « Il faut étudier ce problème là, lâche Philippe Dupont, le manager national du demi-fond. Elles n’ont pas du tout fait la même course. Mezeghrane a couru devant pour être première Française alors que Léa a fait une autre course, en partant de derrière et en ramassant les filles. Il faudra tenir compte de ça. On prendra une décision en début de semaine. »

Vice-championne d’Europe par équipes en titre, les Françaises afficheront moins d’atouts qu’à Hyères, mais leur densité pourrait compter.

Meftah prend une option
Abdellatif Meftah a réussi la bonne affaire à l’Acier en se classant deuxième Français derrière le revenant Hassan Hirt. Surtout, il devance Yohan Durand (3e Français) dans la course au ticket restant pour les Championnats d’Europe. Présent au cross de sélection à Allonnes, il y a une semaine, à défaut de Hirt et Durand, Mefath devrait compléter la sélection française avec Florian Carvalho, impérial à Gujan-Mestras il y a une semaine et les quatre premiers dans la Sarthe à savoir, Morhad Amdouni, Timothée Bommier, Mickael Gras et Djilali Bedrani.
Hassan Hirt

Hassan Hirt a terminé premier Français devant Abdellatif Meftah et Yohan Durand.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

  1. BARBIER Philippe
    Répondre

    Bonjour Romain

    Je suis un peu déçu que tu n’aies pas eu un petit mot pour Mélanie Doutart (le speaker aussi l’a totalement occultée) qui a mon sens, dans un genre différent est quand même avec Léa Plumecocq, la révélation de la course
    Elle a pris sa première licence il y a deux ans et trois mois, à l’âge de 25 ans et, hormis une participation à titre d’essai au semi-marathon du Val de Selle (1h 38mn) et à l’Amiénoise (43mn au 10 km), elle n’avait jamais fait le moindre sport en compétition !
    Alors, réussir presque à se mêler à la lutte pour une sélection aux championnats d’Europe de cross, battre des athlètes aussi confirmées que Fanny Pruvot et Christine Bardelle, avec si peu de pratique, est plus qu’un exploit : c’est depuis des lustres du jamais vu à ce niveau de compétition.
    En outre, Interne en médecine, Mélanie a un emploi du temps très lourd et ne peut que s’entraîner quatre fois en général, parfois cinq fois par semaine
    Je suis à ta disposition pour tout renseignement la concernant.
    Son numéro de portable est : 06 87 19 51 40
    Son adresse Email : meldoutart@orange.fr

    Par ailleurs, Samira Mézéghrane n’est pas licenciée à l’Amiens UC. Comme elle ést arrivée huit secondes devant Mélanie Doutart, tu as dû confondre les maillots.

    Bien à toi

    Philippe

Post a comment