Manon Fage

Manon Fage est devenue championne de France Elite du 800 m cet été à Marseille.

 

La spécialiste du 800 m va connaître sa première sélection en équipe de France ce week-end à l’occasion du DécaNation à Angers. Championne de France Elite à Marseille, en déjouant les pronostics, Manon Fage ne cesse de progresser depuis deux saisons, de là à se surprendre elle-même.

Ce samedi à Angers aura lieu une nouvelle édition du DécaNation. Evénement avant tout festif, il reste néanmoins une compétition internationale permettant à des athlètes de découvrir le haut niveau. Et à l’heure où la plupart des athlètes internationaux ont rangé leurs pointes, le rendez-vous angevin va permettre à quelques nouveaux de s’essayer sous la tunique tricolore. Tout comme Lukas Moutarde (javelot), Amandine Brossier (200 m) et Prisca Duvernay (hauteur), Manon Fage (800 m) connaitra son baptême du feu en équipe de France seniors.

Vacances avortées

D’ailleurs, contrairement à ses camarades, l’athlète du Nancy Athlétisme Metropole sera la seule à revêtir pour la première fois de sa carrière un maillot bleu, blanc, rouge (toutes catégories confondues). « C’est quand même énorme ! Je n’imaginais pas du tout un jour être en équipe de France. Le jour où j’ai appris ma sélection, j’ai eu une montée de pression. »

Prévenue au mois d’août de sa sélection alors qu’elle est en pleine coupure estivale, Manon Fage reprend illico l’entrainement avec quelques semaines devant elle pour retrouver la forme. « Ca m’a fait trois semaines et demi de coupure et là, ça fait un gros mois que j’ai repris, explique-t-elle. J’avais un mois avant l’échéance donc on a pris des raccourcis au niveau de l’entrainement avec Frédéric Fabiani mon entraineur. J’ai refait tout de suite des fartleks et une séance de musculation par semaine. J’ai perdu un petit peu mais ça revient plutôt vite. J’ai refait des séances pas trop mal. »

Manque de confiance en soi

Pas trop mal, ça veut plutôt dire très bien dans le langage Fage. Peu confiante en elle, l’athlète de 25 ans a éclos au niveau national depuis trois ans et son titre de championne de France National du 800 m à Tomblaine. Depuis, le chrono est descendu (2’09’’41 en 2015 contre 2’05’’10 cette saison), les médailles sont arrivées (championne de France Nationale du 800 m 2016, vice-championne de France Elite en salle du 1 500 m 2017 et championne de France Elite du 800 m 2017) et la confiance a été emmagasinée. « Je doute toujours un peu de mes capacités, avoue-t-elle. Ca va de mieux en mieux au fur et à mesure des années. J’ai fait mon premier podium il y a deux ans aux Championnats de France National et depuis, tout s’est enchainé assez vite. Je ne réalise pas trop tout ce qui m’arrive. Mais les performances que je fais prouvent que j’ai les capacités et que je peux aller encore plus loin. »

La première étape pour aller plus loin passera par une bonne prestation à Angers, même si le contexte relevé (elle possède l’avant-dernier chrono des engagées) et la pression d’une première fois joueront contre elle. « Je n’ai pas envie de m’imaginer la course. On verra le jour-j. Trop souvent je me suis imaginée mes courses et ça ne se passait jamais comme je l’avais imaginé. J’ai hâte de voir comment ça se passe, de découvrir les gens, de découvrir l’équipe, tout est nouveau pour moi. »

Un futur sur 1 500 m ?

Ensuite, il sera temps de se plonger vers 2018 avec toujours le 800 m en tête mais avec le 1 500 m de plus en plus présent (4’26’’26 cette saison). « J’adore le 800, c’est ma distance, c’est celle que je fais depuis toujours alors que j’aime beaucoup moins le 1 500 m. Après, tout le monde me le dit et moi-même je le sais, qu’un jour, je vais être limitée sur 800 m, notamment à cause de la vitesse et qu’il faudra que je passe sur 1 500 m . Mais pour l’instant, il s’avère que je progresse toujours sur 800 m, donc je ne vais pas le lâcher, surtout que j’ai un peu de mal avec le 1 500 m. Je n’aime pas trop pour le moment. Mais s’il faut y venir, j’apprendrai à l’aimer. »

Avec le maillot de l’équipe de France, le coup de foudre devrait être immédiat. Maintenant, à elle de créer une nouvelle surprise.

Les Etats-Unis en favoris
Tenante du titre, la France aura bien du mal à conserver son titre demain lors du DécaNation à Angers. Absents l’an dernier à Marseille, les Américains seront cette fois présents en force avec notamment l’invincible Sam Kendricks à la perche, le champion olympique du poids Ryan Crouser ou encore Michaël Rodgers sur 100 m. La France, de son côté, pourra notamment compter sur ses tauliers Mélina Robert-Michon (disque), Mahiedine Mekhissi (2 000 m), Garfield Darien (110 m haies), Jimmy Vicaut (100 m) et Christophe Lemaitre (200 m).

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment