Julien Wanders

Julien Wanders sera l’un des lièvres pour la tentative de record du monde du marathon.

 

Le Franco-Suisse Julien Wanders (21 ans) fera partie des lièvres devant notamment emmener Eliud Kipchoge lors de la tentative pour courir le marathon en moins de 2h, les 6 ou 7 mai prochain à Monza en Italie. 

Depuis des mois, la marque américaine Nike affole la toile avec son projet « Breaking 2 », où comment réussir à franchir pour la première fois la barrière des deux heures au marathon. A l’aide des meilleurs coureurs, d’un circuit tout plat et de nouveautés technologiques (voir article), la firme à la virgule espère entrer dans l’histoire. Pour cette tentative (qui est prévue le 6 ou 7 mai prochain), les coureurs dont Eliud Kipchoge, le plus à même, à la vue des derniers tests, de réussir l’exploit, seront aidés par des lièvres de luxe.

Une semaine de préparation

Parmi eux, le Franco-Suisse, Julien Wanders. Déjà remarqué chez les jeunes, Wanders a pris une autre dimension cette saison en enchaînant un record de Suisse seniors au 10 km de Houilles (28’22 le 18 décembre, voir article) et de très bonnes performances sur semi-marathon (1h01’43, le 19 mars à Milan) et sur 10 000 m (le 8 avril à Huelva), empochant par la même occasion le record de France espoirs de la spécialité en 28’06’’17 (il possède la double nationalité et est licencié en France pour 2017). C’est donc en toute logique que la marque Nike, avec qui il est en partenariat, s’est tournée vers lui pour participer au projet Breaking 2. « C’est d’abord Rénato Canova (manager italien) qui m’a proposé ça en janvier. Après, l’idée avait été un peu oubliée puis on m’a recontacté en mars. »

Ce dimanche, le Franco-Suisse, qui vient de participer à un stage avec son club à Toulon, alors qu’il séjourne habituellement au Kenya, va donc prendre la direction de l’Italie et de Monza pour rejoindre les autres membres du projet. « Je n’ai pas trop de détails, avoue-t-il. On va préparer la tentative pendant la semaine. Je sais juste que je vais devoir faire trois ou quatre fois deux tours de circuit (soit 4,8 km pour 2 tours) à un rythme entre 2’50 et 2’51. Ca ne devrait pas être un problème ! »

Pas fan du projet

Ce qui l’est plus, c’est le projet en tant que tel. « Je ne suis pas fan, avoue-t-il. On essaie de faire un peu tout pour aller plus vite. C’est un peu du dopage technologique. Mais bon, je vais le prendre comme un projet à part. Ca fera toujours une bonne expérience. »

Une bonne expérience et un peu de gloire, si la tentative s’avérait concluante. Même si Julien Wanders lorgne sur le 5 000 m des Mondiaux de Londres. D’ailleurs après une rentrée normalement prévue le 27 mai à Oordegem, il s’alignera au meeting Diamond League de Lausanne (6 juillet) pour aller chercher un gros chrono.

Lire notre article sur le projet Breaking 2.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment