Jimmy Vicaut

Jimmy Vicaut a remporté facilement le 100 m du DécaNation le 9 septembre dernier.

 

Le co-recordman d’Europe du 100 m a terminé la saison en bonne forme avec une victoire en 10’’05 au DécaNation et une exhibition réussie devant la Tour Eiffel. De quoi faire un peu oublier cette blessure arrivée au plus mauvais moment cet été et qui l’a privé de son meilleur niveau pour les Mondiaux de Londres. Une frustration que le Français pourrait vite oublier en se lançant l’objectif de faire les prochains Championnats du Monde en salle de Birmingham (1-4 mars 2018).

En voyant Jimmy Vicaut voler sur ses dernières sorties, que ce soit au DécaNation (10’’05 avec +0,5, voir article) et lors du Fly Europe Paris (4’’26 sur 35 m, voir article), son entraineur Dimitri Demonière pouvait ressentir une pointe de satisfaction. En effet, suite à l’annonce de Vicaut de quitter Guy Ontanon en septembre dernier (voir article), le duo s’était formé avec comme principal objectif les Mondiaux de Londres évidemment, mais aussi d’avoir une durée de vie plus longue dans la saison. « Le but était d’être plus performant plus tard dans la saison, explique Demonière. Car quand on observe les saisons précédentes de Jimmy, il a toujours été très performant au début de saison et moins par la suite. »

Course contre la montre pour les Mondiaux

Sur ce point là, l’objectif a été rempli. Malheureusement pour Vicaut, son ischio-jambier droit l’a lâché au plus mauvais moment (lors du 100 m d’Oslo, le 15 juin), de quoi remettre en cause tout le travail réalisé en amont. « C’est rageant. Quand on regarde les chronos qu’il a faits aux Mondiaux ce sont les moins bons de toute sa saison, résume son entraineur. Mais il est arrivé aux Championnats du Monde en sortant d’une blessure, en n’ayant pas couru en compétition depuis un mois et demi. Il a descendu le chrono à chacune des étapes et il n’a pas été ridicule (6e en finale en 10’’08 avec -0,8). Il a été à la hauteur du challenge. »

Un challenge que les deux hommes ont tenté une fois que le diagnostic de la déchirure est tombé. « Le seul moment où on a vraiment douté c’était la première semaine en attendant le verdict médical. Mais après, on a tout de suite mis en place le suivi médical et le programme d’entrainement. Et lui comme moi, on y a cru jusqu’au bout. »

Bilan plutôt positif

Un peu juste à Londres, Vicaut a donc retrouvé du gaz en cette fin de saison, malgré une nouvelle alerte lors de la finale du 4×100 m des Mondiaux. « Il a eu un pépin au niveau des élévateurs donc on n’a pas voulu prendre de risques inutiles pour la fin de saison. On a pris un petit temps pour se soigner, avant de reprendre tranquillement pour le Décanation et le Fly Europe. » « J’ai eu quelques pépins encore à soigner, reprend de son côté Vicaut. J’ai été surpris de faire 10’’05 au DécaNation. Je me dis qu’en faisant les choses sérieusement, j’aurais peut-être fait moins de dix. Il me manquait deux à trois semaines d’entrainement. »

En vacances pour un mois, Vicaut et Demonière ont maintenant le temps de faire le bilan. « Je n’ai pas encore pris le recul suffisant pour pouvoir faire le point de la saison, avoue Demonière. Mais c’est plutôt positif. Tout le début de saison, j’ai retardé sa forme car pour moi il était déjà capable d’être au niveau de son record personnel (9’’86). Mais je ne voulais pas qu’il soit en forme trop tôt (il a réalisé 9’’97 avec +0,5 lors de sa rentrée sur 100 m le 21 mai). Malheureusement, on a été emmerdés par une blessure. »

« On peut viser les Championnats du Monde en salle »

« C’a été une bonne saison à part le bémol de la blessure, continue Vicaut. A part ça, il n’y a rien à dire. On était bien partis pour faire mieux mais avec des si, on refait le monde. On verra l’année prochaine pour Birmingham et les Championnats d’Europe (à Berlin). »

« Birmingham », lieu des prochains Championnats du Monde en salle (1-4 mars 2018) auxquels le Français pourrait participer. « Oui, peut-être que je ferai Birmingham, lâche-t-il avec le sourire. De temps en temps, on peut faire des exceptions. L’année qui arrive sera une année un peu plus cool, donc je pense qu’on peut viser les Championnats du Monde en salle. On verra, on n’y est pas encore. »

Une petite surprise, si cela se confirme, puisque le Français n’a pas fait une saison complète en salle depuis 2013 (3 courses entre 2014 et 2017 en salle). Une année où il avait remporté les Championnats d’Europe en salle sur 60 m (à Göteborg), son seul titre en individuel chez les seniors à ce jour.

En voilà, une bonne raison.

A lire également

Jimmy Vicaut sprinte vers Dimitri Demonière

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment