AV6A6619

Jeffrey John est en forme cet hiver puisqu’il vient de battre son record personnel sur le 200 m indoor à Metz (20’’79).

 

Deuxième du 200 m au meeting de Metz en 20’’79 (record personnel), Jeffrey John est sur la lancée de sa saison 2015 qui l’a vu découvrir un grand championnat seniors.

Sans les blessures, le grand public aurait découvert le visage doux et souriant de Jeffrey John bien avant cet été et les Championnats du monde de Pékin (5e de sa série du 200 m en 20’’48). Champion de France cadets en 2009 sur le demi-tour de piste (21’’15 sur 200 m), le Francilien avait vite tapé dans l’œil des spécialistes du sprint français. Médaillé de bronze européen chez les juniors en 2011, il avait depuis fait des saisons en dents de scie, un coup à cause d’une fracture osseuse à un pied, d’un problème derrière le genou ou d’une déchirure à l’ischio-jambier.

Un régime qui tourne mal

Pourtant, le jeune homme fait partie depuis 2011 du groupe d’entrainement de Guy Ontanon à l’INSEP. Un lieu destiné à la haute performance qui aurait dû lui permettre de rester en bonne santé. « Les blessures m’ont freiné un maximum, explique Jeffrey John. J’ai bien commencé à me lancer en 2009 mais dès 2010 j’ai commencé à avoir des doutes. Et ensuite, les blessures se sont enchainées. C’est pour ça qu’en septembre 2014 j’ai décidé de m’investir à bloc dans l’athlétisme. J’avais pris l’habitude de manger vraiment mal. Mais le changement a été trop brutal au niveau de l’alimentation. Je mangeais n’importe quoi et j’ai voulu être clean du jour au lendemain. Ce n’est pas passé et je n’ai fait que de me péter. Ce n’est pas passé du tout. Je me blesse aux Championnats de France et je manque Zurich. »

Il décide alors de faire machine arrière, à l’entame de la saison 2015. « Je me suis dit que j’allais procéder autrement, que j’allais me faire plaisir. Je mange n’importe quoi mais pas trop quand même, je suis bien dans ma tête. J’ai fait marche arrière au niveau de la diététique mais j’ai aussi mis les bouchées doubles au niveau de l’entrainement. Il fallait équilibrer la chose. Ca s’est bien passé. Et cette année je continue sur la même chose. Ca marche plutôt bien. »

Place aux petits détails

Longtemps dans la foulée de Christophe Lemaitre lors du meeting de Metz (21 février), Jeffrey John a battu son record personnel sur le 200 m (20’’79) pour s’emparer de la deuxième place. « Le record c’est une bonne nouvelle mais j’ai effectué une mauvaise mise en action, raconte le sprinteur. Je perds beaucoup de temps au départ. C’est mon point faible. Sur la course je fais ce que je sais faire. Je remonte assez vite, je me dis que je peux passer mais je coince dans la dernière ligne droite comme souvent car je commence à me crisper. Maintenant ça se joue à des petits détails techniques. »

Des petites choses qu’il apprend à corriger au contact de Christophe Lemaitre, la locomotive du 200 m français. « Christophe a beaucoup d’expériences par rapport à moi. Je n’ai découvert le haut niveau qu’à Pekin cet été et sinon contre Christophe en France. Tant qu’il ira vite comme ça, je continuerai à le suivre. »

Avec des minima pour les Jeux olympiques fixés à 20’’30, Jeffrey John sait qu’il devra battre son record personnel également cet été (20’’38 en 2015). « Le chrono est réalisable pour les JO mais c’est compliqué, ils ont baissé les minima. L’année dernière je suis passé de justesse (voir par ailleurs). » Une échéance olympique qui sera précédée des Championnats d’Europe d’Amsterdam où il sera beaucoup plus ambitieux. « Faire une médaille aux Europe serait le rêve. Mais il faudra déjà arriver en finale. Ensuite, tout est possible ! »

Un avenir sur 400 m ?

Tout comme la possibilité de le voir un jour sur le tour de piste. « Je pense au 400 m à long terme. Pour l’instant je me concentre sur le 200 m en vue des Jeux olympiques. Le 400 on verra après les Jeux. En ce moment je pense que je serai capable de faire 46’’. Je sais que si j’y vais je peux faire le chrono, je fais confiance au coach. J’ai déjà eu des discussions sur le 400 m avec lui mais j’ai peur. Je n’ai pas envie car ça fait mal. Ils sont fous les coureurs de 400 m. Quand Yannick Fonsat s’entrainait avec nous je le voyais faire des séances. Il prenait cher. Ca ne donnait vraiment pas envie ! »

Ce week-end, aux Championnats de France Elite sous ses nouvelles couleurs du SCO Sainte Marguerite, il fera partie des favoris pour le podium. « J’espère que les France vont bien se passer. Je vais faire attention par rapport aux blessures et rester vigilant. Ensuite il suffira de s’amuser et de prendre du plaisir. »

Du plaisir ? Pourtant il aura 400 m à parcourir ! Mais en deux courses, de quoi garder le sourire.

Un record discuté
Le 5 juillet dernier, Jeffrey John remporte le 200 m du meeting de Charléty à Paris. Dès son arrivée, le chrono affiche 20 »16, record personnel pulvérisé et minima pour les Championnats du monde de Pékin (20 »38). « Quand je vois le chrono je me mets à sauter comme une puce, à gueuler partout. On me dit attention, on va ramener le chrono. Là je vois 20’’39, je me dis que ça fait beaucoup. Ca a alerté les juges. » Finalement, après le visionnage de la course et l’analyse de la photo-finish, John est crédité de 20 »38.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment