Freddy Guimard

Freddy Guimard a remporté les Championnats de France de marathon ce week-end, après avoir terminé 4e des France de cross en février dernier (photo).

 

Après un premier titre de champion de France décroché l’année dernière sur 10 000 m, Freddy Guimard (30 ans) a cette fois ajouté celui du marathon à sa collection grandissante de médailles en remportant le marathon de Sénart ce lundi 1er mai, support des Championnats de France de la spécialité. En tête tout au long des 42,195 km, et bien gêné par un fort vent, l’athlète de l’Alès Cévennes Athlétisme a néanmoins bouclé la distance en 2h20’10. De quoi lui laisser quelques regrets à la vue de sa forme du jour mais qui lui donne plein d’espoirs en vue de son prochain marathon prévu à l’automne. Interview.

– Freddy, comment allez-vous physiquement, 24 heures après ce sacre lors des Championnats de France de marathon ?

« J’arrive quasiment à marcher normalement. Je marche bien et j’ai juste quelques douleurs quand je descends les escaliers. C’est le marathon où j’ai le moins de douleurs le lendemain. C’est plutôt bon signe !

« On a quasiment eu le vent tout le temps »

– Vous avez pourtant couru tout seul la course de bout en bout avec un fort vent défavorable.

Je suis content pour le titre. Mais c’est vrai que je suis déçu d’un point de vue chronométrique. Car je sais qu’à la vue de ce que je faisais à l’entrainement, j’étais capable de faire 2h15 en étant accompagné. Comme c’était un circuit qui tournait en rond, je pensais qu’on allait avoir un désavantage avec le vent au départ et l’avoir dans le dos sur la deuxième partie. Mais en fait, on a quasiment eu le vent tout le temps de côté ou de face et très peu dans le dos. Dans tous les cas, ça me rassure, car je sais que sans le vent, j’aurais fait 2h17.

– Quel était votre objectif en vous rendant sur ce championnat ?

A la base, si je n’avais pas été tout seul (Romain Courcières a déclaré forfait la veille de la course à cause d’une douleur à un pied) et avec des meilleures conditions, je serais parti sur 1h07 au semi-marathon pour tenter de faire 2h15. Mais quelques minutes avant le départ, j’ai décidé de changer mes allures et de partir plutôt sur 3’15 au km. Une allure que j’ai tenue jusqu’au semi. Par contre, après, avec la fatigue et les conditions climatiques, j’ai perdu quelques secondes à chaque kilomètre, qui m’ont amené sur ce chrono là à la fin.

« Je pense que j’ai acquis de l’expérience sur la façon de gérer un marathon »

– Le même week-end avaient lieu les Championnats de France de 10 000 m (voir article) dont vous étiez le tenant du titre. Pourquoi avoir choisi le marathon ?

Les France de 10 000 m j’y avais pensé aussi, car j’étais champion de France en titre, mais les dates ne coïncidaient pas. Depuis quelques années, j’ai l’objectif de monter sur marathon. Là, je pense que j’ai acquis une expérience sur la façon de gérer un marathon avant de préparer un gros marathon pour faire de meilleurs chronos. J’ai fait des marathons moins relevés, pour apprendre la distance, les allures. Forcément, il y avait aussi le but de gagner des courses qui ont une bonne image comme le marathon du Médoc (qu’il a gagné en 2016). Là, en début d’année, j’ai réfléchi à courir un marathon à chrono mais je ne le sentais pas encore donc c’est pour ça que j’ai fait les France.

– Surtout que ce titre s’ajoute à celui des France de 10 000 m en 2016, à votre victoire au marathon du Médoc la même année et à votre récente sélection aux Mondiaux de cross. Peut-on dire que Freddy Guimard est en train de se faire un nom dans le milieu de l’athlétisme de haut niveau ?

Je commence à me faire un beau CV de sportif (rires). Je sais que je suis beaucoup sollicité pour participer à des courses sur route. Je reçois beaucoup d’invitations. Même si je ne peux pas tout faire. Je suis toujours présent sur toutes les courses où je suis invité. J’essaie de courir devant que ce soit sur 10 km, semi ou marathon. Les organisations peuvent compter sur moi.

« J’aimerais réattaquer l’entrainement pour la Coupe d’Europe de 10 000 m »

– Justement quel va être votre programme dans les prochaines semaines ?

Là, je vais faire quelques jours de repos et ensuite, j’aimerais réattaquer pour la Coupe d’Europe de 10 000 m, avant de couper. J’ai fait une demande de repêchage à la DTN pour participer à la Coupe d’Europe (10 juin à Minsk). Ca m’intéresserait de la faire afin d’aider l’équipe de France et pour refaire un peu de VMA rapide avant de repartir sur un marathon. Mais si je ne suis pas repêché, je ferai quelques courses sur route à la fin mai et au début du mois de juin.

– Et votre prochain marathon, il est prévu pour quand ?

J’ai été sélectionné pour les Jeux de la Francophonie sur marathon (juillet) mais logiquement je n’irai pas car c’est dans deux mois et que ça ne sera pas compatible avec ma préparation pour mon prochain marathon qui devrait avoir lieu à l’automne. Au début, j’avais prévu de faire le marathon de Berlin mais comme il est programmé le même jour que les Championnats de France d’Ekiden (24 septembre), je ne pourrai pas le faire. Donc logiquement, je devrais faire celui de Francfort. L’objectif sera de faire moins de 2h15. »

Tous les résultats des Championnats de France de marathon.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

  1. Xavier
    Répondre

    Bonjour
    Vous dites que les France d’Ekiden auront lieu le 24 septembre. C’est officiel ?
    Sur le site de la fédé il est toujours indiqué « à définir ».

Post a comment