John2_ELite17

Jeffrey John s’est offert le scalp de Christophe Lemaitre.

 

La troisième journée des Championnats de France Elite a accouché de deux grosses surprises avec les succès de Jeffrey John et Elea Mariama Diarra face aux stars Christophe Lemaitre et Floria Gueï.

Il fallait voir les têtes de Christophe Lemaitre et de Floria Gueï sur la ligne d’arrivée aujourd’hui pour comprendre que la hiérarchie avait été bousculée du côté de Marseille. Stars de l’athlétisme hexagonal, Lemaitre et Gueï se sont fait détrôner par deux outsiders aux dents longues.

Lemaitre fatigué

Victorieux du 100 m, Lemaitre se savait un peu juste mais pas jusqu’à perdre sur 200 m, la discipline où il possède toujours une marge de manœuvre. Mais cette fois, le TGV a calé trop loin de la gare pour espérer gagner. Aux coudes à coudes avec Jeffrey John, Lemaitre pensait peut-être avoir gagné jusqu’au moment où le panneau affichait John en premier avec 20’’66 (-0,8). « Je ne m’y attendais pas, lâchait John. En plus, finir devant Lemaitre c’est beau car ce n’est pas n’importe qui. Il y en a très peu qui ont des victoires face à lui. »

Egalement qualifié pour Londres sur 200 m, John prend un peu plus de place sur une distance qui était jusque-là réservée au médaillé de bronze de Rio. « La forme que j’ai actuellement ne me permet pas d’enchainer un championnat comme ça en courant deux fois par jour, expliquait Lemaitre, deuxième avec 20’’70. J’étais bien lancé puis je me suis retrouvé incapable de courir. Je ne trouvais pas la vitesse. Du coup, j’étais dans le mal. »

Lavillenie papa champion

Dans le mal, Floria Guei l’était après sa course. Battue sur le fil par Elea Mariama Diarra sur 400 m (51’’92 contre 52’’08), la championne d’Europe en salle semblait vexée par cette défaite. « C’est une déception, lâchait-elle. J’ai eu l’impression de bien faire mais ce n’était pas suffisant. Je voulais mon quatrième titre de championne de France. »

Elea Mariama Diarra

Elea Mariama Diarra a remporté le 400 m contre Floria Gueï.

 

Un titre qui arrivait pour la deuxième fois (après 2011) dans la poche de la Lyonnaise Diarra. « Quand dans le virage j’ai vu que j’étais dans le coup, j’ai tout donné car j’avais bien conscience que cette chance n’allait pas se reproduire tous les jours. Je sais que Floria n’est pas à son niveau donc si je voulais prendre le titre, c’était cette année ! »

Une pensée qui a dû également traverser l’esprit de Kevin Ménaldo au saut à la perche. Dans une saison où il a souvent tenu tête, voire battu Renaud Lavillenie, Ménaldo savait que son heure pouvait arriver aujourd’hui. Surtout que le recordman du monde venait d’accueillir sa fille, née vendredi. Mais encore une fois en championnat, Lavillenie s’est montré intraitable, raflant son sixième titre de suite en plein air (le 7e au total en plein air) avec 5,80 m (contre 5,70 m pour Ménaldo). « C’est toujours important d’aller chercher le titre, avouait Lavillenie. La fatigue accumulée ces derniers jours m’a un peu rattrapé à 5,90 m mais je reste satisfait de ce résultat. »

Minima pour Assani-Issouf

A l’image de Lavillenie, d’autres tauliers ont tenu leur rang à l’image de Mélina Robert-Michon au disque (60,46 m), de Mickaël Hanany en hauteur (2,24 m), de Teddy Atine-Venel au 400 m (45’’39) ou de Jeanine Assani-Issouf au triple saut (14,39 m avec +0,6). « Je suis satisfaite car j’ai vraiment fait une belle série, expliquait Assani-Issouf qui réalisait par la même occasion les minima pour les Mondiaux. Ca prouve que je suis en forme. » Une forme que tenait Eloyse Lesueur avant que sa talonnade au talon droit ne se réveille au milieu du concours de triple. Déjà vainqueure de la longueur, la championne du monde en salle 2014 a préféré bâcher, repartant néanmoins avec l’argent (14,04, +0,5).

Une deuxième place qu’a accueilli avec le sourire Kafétien Gomis (2e avec 8,17 avec +2,3), battu par Raihau Maiau (1er avec 8,22 m avec +3,4) à la longueur mais satisfait de la performance malgré un vent légèrement favorable.

Sofiane Selmouni

Sofiane Selmouni a remporté le 1 500 m masculin.

 

Pour le reste, on retiendra les belles bagarres sur le demi-fond, où Sofiane Selmouni a fait parler sa forme face à Florian Carvalho sur le 1 500 m (3’39’’78 contre 3’40’’61) alors que Paul Renaudie a enlevé un 800 m parti sur les chapeaux de roue dans la foulée de Samir Dahmani. « C’est mon premier titre de champion de France en plein air, savourait Renaudie, vainqueur en 1’46’’72 devant Carl Soudril (1’46’’84). C’est dommage que Pierre-Ambroise n’ait pas été là car cela aurait été encore une plus belle fête. »

Garfield Darien absent

Une remarque que l’on pourra faire également sur le 110 m haies où Aurel Manga s’est retrouvé sans adversaire à sa hauteur avec le forfait de dernière minute de Garfield Darien (précaution avec son adducteur). « Ce titre me fait vraiment du bien, lâchait Manga vainqueur en 13’’41 (-0,9) devant Simon Krauss (13’’75). Ca valide mon ticket pour Londres. Il n’y aura rien à discuter. »

Aurel Manga

Aurel Manga a remporté le 110 m haies.

 

Lésé l’année dernière lors de la sélection pour les JO, Manga sera effectivement bien du voyage à Londres comme plusieurs athlètes présents aujourd’hui à Marseille. Pour les autres, les derniers meetings de cette semaine avec notamment Liège, Heusden-Zolder et Monaco seront les dernières chances pour prolonger l’été.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment