Championnats de France 10 km

Jimmy Gressier est le premier junior à remporter la course avec les masters lors des Championnats de France de 10 km.

 

Jimmy Gressier est devenu champion de France juniors de 10 km ce samedi à Langueux (30’19). Dans une course également composée de masters, le Nordiste est le premier junior à gagner au scratch depuis que les catégories concourent ensemble.

Déjà qualifié pour les Championnats du Monde juniors sur 5 000 m, Jimmy Gressier n’était venu à Langueux « que pour le titre juniors ». Mais comme souvent avec l’ex-footballeur de Boulogne-sur-Mer, l’appétit est venu en mangeant. Inconnu il y a deux ans dans le giron athlétique, Gressier est devenu en quelques mois l’un des symboles de la nouvelle génération des demi-fondeurs français aux côtés de Fabien Palcau et Baptiste Mischler.

Masters contre juniors

Mais aujourd’hui, il était confronté à une autre génération, beaucoup plus ancienne mais également beaucoup plus bardée de médailles. Au départ, les ex-internationaux Loïc Letellier et Mokhtar Benhari, ainsi que le glouton des titres chez les masters Thierry Guibault faisaient figures de favoris. C’était sans compter sur la jeune garde emmenée par Gressier et suppléée par Abderrazak Charik.

Dès le départ, Guibault et Letellier se plaçaient aux avant-postes avec les deux jeunes juniors dans leur foulée. Très vite, dans les rues étroites de Langueux, un groupe de cinq se détachait avec les masters Guibault, Letellier, Reziga ainsi que les juniors Charik et Gressier. A mi-course, tout était encore indécis même si les accélérations successives de Letellier commençaient à faire mal à ses compagnons de route.

Gressier s’impose au sprint

Finalement, à un tour de l’arrivée, Loïc Letellier n’emmenait plus que l’impétueux Jimmy Gressier sur son porte-bagage. Ce dernier se permettait même de relancer la course à 2 km de l’arrivée au dernier passage devant le podium. « J’essayais d’accélérer mais à chaque fois Loïc (Letellier) relançait, expliquait Gressier. Je suis donc resté derrière lui. »

Championnats de France de 10 km

Loïc Letellier est devenu champion de France masters de 10 km.

 

Face à un Letellier des grands jours, Gressier attendait finalement le sprint pour remporter la course en 30’19, une première pour un junior aux Championnats de France face aux vétérans. « Je suis parti avec les vétérans car je savais qu’avec eux c’allait courir vite. Je ne me suis pas trompé. J’ai essayé de rester devant le plus longtemps possible même si c’était dur. A 1 km de l’arrivée, Letellier m’a dit d’y aller mais je ne pouvais pas. J’ai donc attendu le sprint. Je suis très content de battre des cadors comme Guibault ou Letellier. Je suis très satisfait. »

Letellier détrône Guibault

Derrière le junior, Letellier remportait son premier titre chez les masters (30’21), après avoir échoué au pied du podium cet hiver aux Championnats de France de cross. « C’était un parcours pour moi, souriait Letellier. Je connaissais déjà, car j’avais fini deuxième ici des Championnats de France en 2008. » Derrière lui, Mohamed Reziga terminait deuxième masters (30’45) alors qu’Abderrazak Charifk prenait la même place chez les juniors (30’48), devant Pierre-Louis Détourbe (3e juniors en 31’49). « Cette semaine j’ai attrapé une allergie au pollen, expliquait Charik. A la base, je devais zapper cette course pour me focaliser sur le 5 000 m des Championnats de France Elite. Mais j’ai voulu quand même venir. Mais au septième kilomètre, j’ai eu un point de côté. C’était très dur. »

Egalement gêné par un point de côté, le master Thierry Guibault, invaincu dans la catégorie depuis deux ans, devait cette fois s’incliner, tombé sur plus fort que lui (5e en 30’57 et 3e masters). « J’étais bien mais Loïc était très costaud, constatait Guibault. J’étais le premier depuis deux ans. L’histoire s’arrête-là. »

Pour Jimmy Gressier, celle-ci ne fait que commencer. Et avant les Championnats du monde de Bydgoszcz où il défendra les couleurs de le France sur 5 000 m, le Boulonnais se présentera au départ des Championnats de France jeunes sur 1 500 m, juste pour « titiller les copains ».

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment