Emmanuel Roudolff-Lévisse

Emmanuel Roudolff-Lévisse s’est imposé au sprint devant Félix Bour.

 

Longtemps en tête, l’espoir Emmanuel Roudolff-Lévisse a résisté au retour de Félix Bour dans les deux derniers kilomètres pour remporter les titres de champion de France espoirs et Elite du 10 000 m, ce soir à Pacé. Chez les femmes, c’est la surprenante Perrine Rosala-Humeau qui l’a emporté.

Voilà une course qui va faire une bonne publicité pour le 10 000 m en France. On parle évidemment de la course masculine, qui a répondu à celles des féminines tristement fade avec seulement quatre  athlètes au départ (contre trois  annoncées). Chez les hommes, un renouvellement de génération était prévu avec la présence de nombreux espoirs au départ et de jeunes seniors comme Mickaël Gras et Félix Bour. C’est d’ailleurs Gras, en compagnie d’Emmanuel Roudolff-Lévisse, qui prenait d’entrée les commandes de la course, dans la foulée du lièvre Clément Kemboi. Très vite, deux groupes se formaient avec devant, les trois hommes et derrière, un groupe de chasseurs, dans lequel on retrouvait Félix Bour et les espoirs Clément Leduc, Abderrazak Charik et Nicolas Witz, entre autres.

Passages en 8’33 et 14’30

Et alors que les hommes de tête passaient en 8’33 au 3 000 m puis en 14’30 au 5 000 m, Félix Bour décidait de quitter le peloton pour se retrouver en chasse patate. « J’ai vu que c’était parti en 1’03 (au 400 m), heureusement que je ne suis pas parti avec eux, expliquait Bour. 1’07 c’était bien. Ca me laissait un peu de marge. Mais derrière ça n’avançait pas. Je me suis dit que j’allais me mettre dans mes allures et ç’a bien marché. » Le Lorrain entamait alors une folle remontée qui allait le ramener devant.

Dans un premier temps, il reprenait Mickaël Gras (finalement 10e en 29’46), un peu juste aujourd’hui, avant de fondre sur Roudolff-Lévisse qui continuait de s’accrocher à Kemboi. « Quand Mickaël a lâché, je n’ai pas réfléchi, lâchait Roudolff-Levisse. Je me suis dit qu’il y avait peut-être 28’40 au bout. Il fallait mieux suivre tout de suite. » Mais alors que Clément Kemboi jouait finalement sa carte personnelle, comme il l’avait déjà fait l’année dernière, le fils de Pierre Lévisse se retrouvait seul, avec un Félix Bour déchainé derrière lui. « J’ai flippé à mort quand félix est revenu. Je pensais que je n’allais pas l’accrocher. Je me suis dit : « allez, il reste un kilomètre ». Je savais que sur un dernier 200 m j’étais capable de finir très fort. » «  Quand je suis revenu sur Manu, Je me suis dit que si je relançais tout de suite il allait craquer mentalement, avouait de son côté Bour. Après bravo à lui, car il s’est accroché, alors qu’il n’était pas bien. »

Yann Schrub surprenant troisième

Sur la corde raide pendant deux tours, Emmanuel Roudolf-Lévisse trouvait finalement les ressources pour s’arracher dans les derniers 80 m et remporter son premier titre de champion de France élite dans l’excellent temps de 29’08’’24, minima pour les Championnats espoirs en prime (2e derrière Kemboi en 29’07’55). « C’est un accomplissement, lâchait le nouveau champion de France. Je venais pour faire 29’10 et je fais 29’08. Je vais pouvoir aller aux Championnats d’Europe. Ca fait depuis 2013 que je n’ai pas fait un grand championnat sur piste. Ca me fait un vrai objectif de venir courir avec les meilleurs européens. »

Une satisfaction qu’on retrouvait également chez Félix Bour pour sa première sur la distance. « J’étais venu chercher un podium et la qualif pour la Coupe d’Europe, expliquait Bour, deuxième en 29’08’24. Je me sens mieux que sur le 5 000 m. »

Un 5 000 m sur lequel il retrouvera Yann Schrub, surprenant troisième (2e espoirs) en 29’32’’53. « J’étais venu essentiellement pour passer sous les 30’, se félicitait Schrub. Je suis resté à l’abri dans le groupe pendant toute la course. Et à un kilomètre de l’arrivée, j’ai vu que j’avais les jambes. Et au finish, comme d’habitude, j’ai vu que j’avais des ressources. » Champion de France Elite cet hiver en salle sur 3 000 m, le Lorrain a conquis aujourd’hui une 10e et 11e médaille nationale. Complétant une belle moisson pour la Lorraine puisque Nicolas Witz s’emparait de la troisième place chez les espoirs (29’33’’90, 5e au scratch).

Huit athlètes sous les minima

D’ailleurs, avec Yosi Goasdoué (29’34’’25), Pierre Urruty (29’34’’73), Gaëtan Cals (29’37’’94) et Abderrazak Charik (29’38’’69, espoirs), ils étaient huit à passer sous les minima pour la Coupe d’Europe de 10 000 m (29’39’’77). De quoi donner quelques idées aux sélectionneurs pour l’épreuve de Minsk prévue le 10 juin.

France de 10 000 m

Perrine Rosala-Humeau a remporte la course féminine des Championnats de France de 10 000 m.

 

Une compétition à laquelle aucune femme présente à Pacé ne participera. C’est d’ailleurs une athlète qui s’est inscrite la veille qui s’est imposée en la personne de Perrine Rosala-Humeau en 35’47’’05, alors qu’elles n’étaient malheureusement que quatre au départ. Finalement, la spécialiste de la route décrochait la jeune Marion Placzek au 7e km (2e en 36’37’’72, 1e espoirs) pour s’envoler à 25 ans vers son premier titre national (Elodie Naze se classe 3e en 38’25). « Je me suis inscrite hier soir à 18h, souriait Rosala-Humeau. Quand j’ai vu les chronos sur le journal je me suis dit que j’avais une chance. Mais je n’avais jamais fait de piste, juste un 3 000 m piste la semaine dernière. J’ai suivi et au 7e kilomètre je sentais qu’elle perdait du temps. Et quand j’ai pris le relais elle a lâché tout de suite. »

Une course qui ne restera pas dans les annales, au contraire de celle des hommes, qui, à la vue des jeunes prometteurs au départ, pourrait redevenir un rendez-vous incontournable dans les prochaines saisons.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment