10 000 m

Le podium 2016 des France de 10 000 m composé de Christelle Daunay, Aurore Guérin et Floriane Chevalier-Garenne ne sera pas au départ de l’édition 2017.

 

Alors que les Championnats de France de 10 000 m auront lieu ce samedi à Pacé (35), on peut se demander si cette discipline a encore un avenir en France à la vue du peu d’engouement suscité par le rendez-vous. En effet, même si la course garçons devrait sauver les meubles, la série des femmes s’élancera avec seulement trois concurrentes. Une désertion qui n’est pas d’aujourd’hui.

Si les envies du mois de mars avaient été suivies des faits, les Championnats de France de 10 000 m de Pacé auraient pu être d’une bonne facture. En effet, juste après les cross, l’international de triathlon Vincent Luis s’était dit intéressé par l’événement (voir article) et les deux premières du France de cross, à savoir Christelle Daunay et Sophie Duarte, s’étaient donné rendez-vous en Bretagne pour aller chercher les minima mondiaux sur 10 000 m.

Christelle Daunay pas prête

Mais en quelques semaines, beaucoup de choses ont changé. Blessé, Luis avait depuis plusieurs semaines tiré un trait sur l’événement. Par contre, chez les femmes, malgré le peu d’entrain collectif, les deux championnes comptaient être de la partie, Daunay étant d’ailleurs sur l’affiche de l’événement. Mais à court de forme, la marathonienne a été la première à décliner. « C’est vrai qu’en début de saison, j’avais fait des France de 10 000 mon objectif pour aller chercher les minima pour les Championnats du monde, explique la recordwoman de France du marathon. J’avais alors dit que je prendrais ma décision après une séance test. Et même si ça revient tranquillement, je ne suis pas capable actuellement de faire moins de 32’ (minima pour Londres 31’55). C’est pour ça que j’ai pris la décision de ne pas m’engager. »

Une décision qui a, par conséquence, entrainé le retrait de Sophie Duarte, même si cette dernière a essayé de trouver une porte de sortie avec les organisateurs locaux et la Fédération. «  Loïc Rapinel (organisateur) et la FFA ont essayé de faire en sorte que la course soit mixte, explique la recordwoman de France du 3 000 m steeple. Mais même dans ce cas, il m’aurait fallu un lièvre, car l’allure de la course homme aurait été trop élevée. Et c’est interdit d’avoir un lièvre homme pour une femme dans un championnat. J’allais être toute seule. Donc j’ai pris la sage décision de ne pas courir. »

Remettre en place la mixité ?

C’et donc finalement à trois que Clémentine Archinard, Elodie Naze et Marion Placzek vont prendre le départ. « Chez les filles, c’est assez tristounet », constate Félix Bour, l’un des favoris de la course masculine. « Pour moi, ça va même casser l’ambiance de faire une course pour trois, lance Loïc Rapinel, l’organisateur. Il faut changer le règlement pour que l’année prochaine les courses puissent être mixtes ! »

La mixité (qui était encore possible en 2009) serait en effet une idée car le désamour des femmes pour le 10 000 m ne date pas d’hier. Lors des dix dernières années, seules les deux dernières éditions ont dépassé les cinq concurrentes (9 à Saint-Maur et 8 à Charléty). « C’est vrai que ça fait un petit moment qu’il y a peu de filles qui veulent faire les France de 10 000 m », concède Daunay. « Il faudrait rendre cette course plus spectaculaire avec de la musique par exemple, avance Sophie Duarte. Pour motiver nos meilleures, il faut créer une émulation. » « Il faut ouvrir ce championnat à tout le monde, lâche de son côté Loïc Rapinel. Quitte à le mettre en Open. Il faut du monde pour que ça tienne la route ! »

Du spectacle attendu chez les garçons

Malgré un niveau en-deçà par rapport à la fin des années 2000 (en 2008 la course s’était gagnée en 27’30 et 15 athlètes avaient fait moins de 29’07), la course garçons devrait néanmoins valoir le coup, avec 24 concurrents au départ. Et même si comme Daunay, Freddy Guimard, tenant du titre et également sur l’affiche, ne sera pas là (il court les Championnats de France de marathon ce lundi), la bataille devrait d’être belle entre Mickaël Gras, Emmanuel Roudolff-Levisse ou encore Félix Bour. « On va avoir une belle course masculine », conclut Rapinel.

Chez les femmes, la belle course devrait plutôt avoir lieu ce dimanche au 10 km de la Voie Royale à Saint-Denis. Puisque Daunay et Duarte, notamment, devraient finalement s’y retrouver. « La confrontation féminine est difficile à trouver en France, regrette Sophie Duarte. Je vais donc là où les meilleures femmes sont engagées. »

Malheureusement, les meilleures ne seront pas à Pacé.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment