Fanny Pruvost

Fanny Pruvost a été sélectionnée deux fois cette saison en équipe de France.

 

Sélectionnée aux Championnats du monde et d’Europe sur semi-marathon en 2016, Fanny Pruvost (37 ans) vient de boucler parfaitement la boucle en devenant championne de France de la spécialité ce week-end à Marcq-en-Baroeul (1h15’55). Des performances qui valident la montée sur la route de la protégée de Jean-Pierre Watelle, après des années réussies sur la piste. Place maintenant à son prochain défi : le marathon. Interview.

– Track and Life : Fanny, comment s’est déroulé ce semi-marathon des Championnats de France que vous avez remporté devant Elodie Navarro (1h16’39) et Barbara Sanchez (1h16’48) ?

« La première petite boucle était assez rapide donc je suis partie assez vite (3’20 au premier kilo). Après je me suis dit que j’allais me calmer donc j’ai régulé mon allure. Les filles sont revenues vers le 4e km et au 10e je suis repartie. Je savais que si je gardais mon allure de 3’35 au kilo les filles ne reviendraient pas sur moi. Je connaissais le parcours, je savais qu’il y avait des difficultés à certains endroits. Je suis contente car je me suis fait plaisir sur le championnat et j’ai réussi à gérer l’effort pour garder ma première place, tout en faisant un chrono pas si mauvais que ça. J’ai fait ça sans me mettre minable comme j’ai pu l’être à Amsterdam où j’ai lutté pendant vingt bornes.

« Après le 10 km de Nice, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire »

– Aviez-vous coché cette date depuis longtemps ?

Je voulais faire les Championnats de France car j’avais fait les deux grands championnats cette saison et que la course était à deux pas de chez moi. Même si je savais qu’il y avait des courses intéressantes comme le 10 km de Paris-Centre le même week-end.

– Avec vos sélections aux Championnats du monde (54e en 1h15’37 le 26 mars à Cardiff) et aux Championnats d’Europe (57e en 1h17’19 le 10 juillet à Amsterdam) sur semi-marathon, on peut dire que votre choix de venir sur la route a été validé. Comment s’est décidée votre votre changement de discipline ?

Déjà, j’ai eu un petit garçon il y a trois ans avec un accouchement un peu compliqué. Donc refaire de la piste, du sprint, des séances de vitesse, c’était compliqué. Sans pourvoir travailler la vitesse, je savais que j’allais être limitée sur 1 500 m. Je ne m’étais jamais consacrée à la route avant. Je faisais quelques 10 km comme celui de Nice que je fais depuis dix ans mais ce n’était pas un objectif. Mais là, le fait d’avoir fait 33’15 à Nice en janvier dernier, je me suis dis qu’il y avait quelque chose à faire sur la route. Donc j’ai continué à faire les Interclubs mais je me suis plus dirigée vers la route. J’avais déjà fait Lille en septembre 2015 (33’53), puis Gravelines (33’44). J’étais partie à Nice pour faire 33’30. Si j’étais capable de faire ça avec cet entrainement là, je savais qu’en m’y mettant ç’allait le faire.

« J’aimerais bien faire un chrono autour des 1h12 »

– On peut parler d’une deuxième carrière qui s’offre à vous sur la route ?

Oui, c’est un peu une deuxième carrière. Sur piste, le 1500 m était ma distance préférée. J’aurais bien aimé m’approcher des 4’10. Mais soit je courais mal, soit je n’étais pas bien. J’ai regardé mes cahiers d’entrainement il n’y a pas longtemps et je me suis dit que c’était quand même dommage de n’avoir fait que 4’14 (4’14’’89 en 2003) en ayant fait ça à l’entrainement.

Fanny Pruvost

Fanny Pruvost réconfortée par Jacqueline Gandar à l’arrivée des Championnats d’Europe de semi-marathon.

 

– Quelles sont dorénavant vos ambitions sur la route ?

J’aimerais bien faire un meilleur chrono sur semi-marathon autour des 1h12. Et après, tout le monde me le demande, mais oui, pourquoi pas essayer un marathon. Je ne sais pas trop encore. J’en ferai sûrement un en 2017 car il ne faut pas trop trainer. Il faut juste en trouver un bon et avoir le temps de le préparer (salariée à la Ligue du Nord-Pas-de-Calais, elle peut organiser son temps de travail).

– La saison des cross va bientôt débuter. Avez-vous comme objectif les Championnats d’Europe de cross (11 décembre à Chia) ?

L’année dernière, j’ai loupé le coche alors que j’étais bien à l’entrainement mais je m’étais fait une entorse quinze jours avant le cross d’Allonnes (finalement 10e Française au cross de sélection). Cette année je vais tenter. Ca peut être un bon objectif surtout que la course de sélection va se faire au cross de l’Acier donc c’est vraiment à côté de chez moi. »

Guibault comme le bon vin
Venu pour empocher un nouveau titre chez les masters, Thierry Guibault est reparti également avec celui chez les Elites. A 42 ans, le nouveau pensionnaire du Cognac AC, après des années fructueuses à l’Entente Oise Athlétisme, s’est imposé en 1h05’29 (record personnel) devant Julien Devanne (1h05’47) et le tenant du titre Yosi Goasdoué (1h06’23).

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment