Enzo Hodebar

Enzo Hodebar a terminé deuxième des Championnats d’Europe cadets à la longueur (crédit photo : DD Casale).

 

Licencié au Monster Club Athlé, Enzo Hodebar revient de Tbilissi (Géorgie) avec un titre de vice-champion d’Europe cadets du saut en longueur. Rencontre avec le polyvalent sauteur de Guadeloupe.

La ville de Tbilissi semble porter chance à Enzo Hodebar. Il y avait déjà été l’auteur d’un beau doublé longueur-triple en or lors du Festival Olympique de la Jeunesse Européenne l’année passée. Si le sociétaire du Monster Club Athlé a dû se contenter cette fois d’un métal moins brillant, il a tout de même montré qu’il fallait compter sur lui lors des grands rendez-vous. En effet, après des qualifications rondement menées (ticket obtenu avec un seul bond à 7,31 m), il a su se mobiliser en finale pour prendre la tête du concours dès son premier essai avec un saut mesuré à 7,54 m (+1.3, record personnel). « Je suis arrivé en me disant qu’il fallait me battre pour la première place parce que je n’étais pas du tout favori. Quand j’ai lâché mon premier saut, je me suis dit que c’était faisable, qu’il fallait garder la cadence et rester concentré. »

De l’argent au goût amer

Une première place que le sauteur a conservé tout au long du concours, avant de se la faire chiper, pour six petits centimètres, par le Grec Panaviotis Mantzouroyannis au dernier essai. De quoi donner un goût amer à sa médaille d’argent. « Je suis un peu déçu de la place, j’étais premier jusqu’au dernier essai. Mais je reste fier de ma performance puisque j’ai battu mon record personnel. »

En plus du résultat final, on retiendra particulièrement sa sixième tentative, qui aurait bien pu lui permettre de tuer le concours. En prenant visiblement tous les risques lors de sa dernière chance, le sauteur s’est vu retomber particulièrement loin, dans les eaux du record de France de Leslie Djhone (7,83 m). Malheureusement mordu, l’essai ne sera bien entendu pas comptabilisé, mais il ne fera que confirmer tout le potentiel d’Enzo Hodebar, seulement âgé de 17 ans. Un saut qui ne l’a pas plus étonné que cela. « Je m’y attendais. Je sais que je l’ai dans les jambes. »

Des ambitions à la hausse pour 2017

Une marque qu’il faudra valider l’an prochain lors des Championnats d’Europe juniors pour se placer à la hauteur de ses ambitions, puisqu’il tentera d’y rééditer son exploit de 2015. « J’espère réaliser un doublé, ou un double podium. »

Un doublé longueur-triple en l’occurrence, puisque si c’est à la première nommée qu’il s’est distingué cet été, lui ne considère pas qu’il s’agît de sa discipline de prédilection. Il ne souhaite pas faire de choix entre la longueur et le triple, épreuve pour laquelle il a connu plus de difficultés cette année mais où il a excellé l’année passée (15,57 m).

Pour parvenir à ses fins, l’athlète se donne les moyens de réussir. Il s’entraîne cinq à six fois par semaine sous la houlette de Rod Dabriou, dans un groupe qui fut aussi celui de la championne du monde juniors de la longueur Yanis David. Malgré son jeune âge, Enzo Hodebar ne prend pas son sport à la légère, que ce soit sur la piste ou en dehors. « Je prends mon entraînement très au sérieux, c’est une grande partie de ma vie. L’athlétisme est ma passion mais j’espère bien devenir pro. » Un sérieux qu’il devra conserver en permanence, puisqu’il fera en septembre sa rentrée en Terminale S.

L’athlétisme, de la contrainte à la passion

Pourtant, le sauteur a bien failli passer à côté de son destin. En effet, il s’est retrouvé à pratiquer l’athlétisme sans le vouloir, puisque c’est sa mère qui l’a obligé à s’inscrire lorsqu’il était en classe de CP. « A force d’y aller, j’y ai finalement pris goût. Je n’aurais jamais cru arriver à ce niveau. » Et s’il n’a pour l’instant pas l’intention de faire un choix entre les deux épreuves, il était parti à l’origine pour se donner une toute autre vocation. « Je voulais faire des épreuves combinées. Mais après ma croissance j’ai commencé à avoir quelques aptitudes pour le saut, alors on s’est dit qu’il fallait se spécialiser. »

Avec un record personnel et une médaille européenne, Enzo Hodebar peut tirer un bilan très satisfaisant de sa dernière année chez les cadets. Et si cette saison a fini en trombe, elle a démarré de façon bien différente. « Je me suis cassé la cheville en début de saison. Il a fallu reprendre pour aller chercher les performances. Quand j’ai vu que j’avais fait les minima pour les Championnats d’Europe (7,35 m dès sa reprise en février), j’ai voulu faire encore mieux. Comme ça ne venait pas, j’ai fait beaucoup de compétitions. » De quoi relativiser sa déception des Championnats d’Europe et aborder la saison 2017 avec le plein de confiance.

Crédit photo de Une : DD Casale

Partager cet article

Journaliste stagiaire chez Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment