AV6A2696

Emmanuel Roudolff-Levisse s’est imposé lors des Championnats de Picardie de cross.

 

Victorieux des Championnats de Picardie de cross, l’international espoirs Emmanuel Roudolff-Levisse est déjà tourné vers les prochaines échéances, dont la piste, sa priorité.

Pour une première en Picardie, Emmanuel Roudolff-Levisse a eu le droit à sa dose de suspense. Pas sur le terrain de Saint-Leu-d’Esserent (60) – où il a contenu les assauts de l’Amiénois Yoann Violon pour s’imposer en solitaire – mais dans les coulisses, où l’oubli du dossard « ESPOIR » a failli lui coûter la disqualification (ainsi que l’Amiénois Menad Lamrani). Un petit contretemps qui n’a pas entravé le calme du nouveau protégé de Pascal Machat. « Ca comptait pour moi vu que c’est la première année où je signe dans un club picard (Amiens UC). Je voulais vraiment faire au moins un podium pour me sentir Picard. »

« Je ne pourrais pas suivre un plan à la lettre sans en discuter »

Licencié en région parisienne depuis ses débuts (Clamart puis Issy-les-Moulineaux), le champion de France espoirs de cross en titre a rejoint la Picardie sous les conseils de son nouvel entraineur Pascal Machat. « Je connais Pascal depuis longtemps. Je sais qu’il fait du bon boulot. J’étais à la recherche d’un entraineur car je m’entrainais plus ou moins tout seul. Je faisais mes propres plans depuis quelques temps. Ca va un temps mais pour avoir une vision sur le long terme c’est mieux. Avant c’était Jean-Baptiste Congourdeau qui m’entrainait. J’ai voulu changer pour vraiment essayer de passer un cap. Parce que les années juniors – cadets, c’est bien mais il faut essayer d’augmenter la charge d’entrainement et c’est un domaine que je ne connais pas trop. Mon père (Pierre Levisse) le connaît bien mais c’est dur de s’entrainer avec son père. Donc pour moi, Pascal, était le bon choix ! »

AV6A2745

Pierre Levisse (au centre) est l’oeil de Pascal Machat (à gauche) tous les jours à l’entrainement.

 

Un entrainement qu’il suit à distance depuis Meudon-la-Forêt (92), là où il habite, et Paris, où il a intégré un DUT depuis un an. « Je fais le ¾ des séances tout seul, explique-t-il. Même si je trouve toujours quelqu’un pour m’accompagner. Sur les séances clés où Pascal ne peut pas venir c’est mon père qui prend le vélo. » Un papa, Pierre Lévisse, légende du demi-fond français (27’50’’30 en 1985), toujours présent pour épauler sa progéniture. « Pierre ce sont mes yeux », lâche Pascal Machat.

Un fonctionnement qui semble convenir au trio puisqu’Emmanuel a réussi un très bon début de saison avec une qualification aux Championnats d’Europe de cross (36e espoirs) et un record sur le 10 km (29’37 à Nice). « C’est Pascal qui fait mes plans. On discute ensemble de la manière dont on va adapter l’entrainement. Je ne pourrais pas suivre un plan à la lettre sans en discuter. »

Plus de place pour l’athlétisme

Dans l’incapacité de partir en stage à cause de ses études, Emmanuel Roudolff-Levisse va préparer les prochaines échéances à domicile. « Les France de cross sont un objectif mais je veux surtout réussir ma saison de piste. J’aimerais bien abaisser mon record sur 5 000 m et bien progresser sur 1 500 m aussi. Parce que je ne suis pas qu’un coureur de 5 000 m. Je sais que pour être fort en cross, il faut être fort sur piste. Si je stagne à 14’15 au 5 000 m, je resterai un bon coureur de cross mais je ne pourrai pas faire un podium aux France ou aller aux Monde. Et ça fait longtemps que je n’ai pas fait de sélection sur piste. »

Epargné par les blessures depuis deux ans, le néo-Amiénois aimerait que l’athlétisme prenne un peu plus de place dans sa vie dans les mois à venir. « J’ai commencé mon DUT il y a un an, alors que je ne m’entrainais pas énormément (5 fois par semaine). Donc faire les cours et l’athlé ça me paraissait faisable. Là je suis à 7-8 séances, ça devient plus compliqué. Il me reste quelque mois pour avoir mon diplôme. Après on verra. Je vais essayer d’accentuer un peu plus sur l’athlétisme sans mettre de côté les études, peut-être avec un aménagement mais ce n’est pas encore clair dans mon esprit. »

Ce qui est clair, c’est qu’il sera bien l’un des favoris à sa propre succession chez les espoirs lors des prochains championnats de France de cross.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment