Eloyse Lesueur

Eloyse Lesueur est de nouveau entrainée par Renaud Longuèvre.

 

Après deux ans sous les conseils du duo Teddy Tamgho-Laurence Bily, Eloyse Lesueur (29 ans), la championne du monde en salle 2014 de la longueur, est de nouveau conseillée par Renaud Longuèvre, son entraineur jusqu’en 2015.

Depuis le 25 novembre, Eloyse Lesueur est présente dans la station de Tignes (73). Bien qu’elle soit arrivée le jour de l’ouverture des pistes de ski, la championne du monde en salle 2014 de la longueur est là pour un stage d’entrainement avec Renaud Longuèvre son entraineur de 2005 à 2015, et de nouveau son conseiller depuis peu. « J’ai repris à la mi-août mais pendant la période foncière je n’avais pas besoin de conseils pour la longueur, explique Lesueur. Là, on vient de reprendre ensemble avec Renaud et on est partis sur la saison en salle. »

Un feeling vite retrouvé

Dans le complexe moderne de Tignes, Lesueur et Longuèvre réapprennent donc à se côtoyer, puisque pendant deux ans, Lesueur a été coachée par le duo Teddy Tamgho – Laurence Bily du côté de Boulouris (83). « Quand j’ai demandé à Renaud de revenir avec lui, il a tout de suite accepté. Le feeling est de nouveau là. Mais je n’ai plus vraiment besoin d’un entraineur. J’ai l’expérience maintenant. J’ai surtout besoin de quelqu’un pour m’accompagner sur le côté technique. »

Une technique qu’elle a évidemment enrichie aux côtés de Tamgho pendant deux saisons. « Teddy est parti à Reims (voir article) et je n’avais pas l’intention de le suivre, explique celle qui a quitté l’INSEP en 2015 pour venir vivre à Saint-Raphaël. Mais ces deux saisons m’ont permis de découvrir une autre façon de travailler même si cela ne s’est pas concrétisé en compétition notamment à cause d’une blessure (talonnade). »

Conseillée également par Jérôme Simian

Pour cela, en plus de Renaud Longuèvre, Lesueur va donc être conseillée par Jérôme Simian, le préparateur physique le plus demandé de la planète athlétisme et qui conseille déjà Kevin Mayer et Mélina Robert-Michon. « J’en ai marre de me blesser. Cet été encore je n’ai pas réussi à composer avec la douleur alors que mon niveau était revenu. »

Un niveau qu’on avait notamment aperçu au triple saut où elle avait rebondi à 14,10 m cet été. Mais en 2018, la double championne d’Europe de la longueur (2012 et 2014) a décidé de revenir à son premier amour. « Je n’ai pas assez de billes pour continuer le triple saut. C’a été une belle expérience de m’exprimer dans une autre discipline. Mais la longueur reste ma vraie discipline. C’est celle qui me vient plus naturellement. »

La longueur à temps plein

Et alors qu’elle devrait prendre part à la saison en salle – « je n’ai pas de réel objectif pour le moment pour cet hiver » -, la Française va surtout s’attacher à définir sa structure au quotidien car étant basée dans le Sud, elle ne peut pour l’instant s’offrir les yeux de Longuèvre au quotidien. En effet, l’ex-manager général de la FFA, n’est plus depuis le mois de septembre un entraineur de la FFA (voir article) et ne peut plus donc s’investir à 100 % en tant qu’entraineur détaché. « L’idéal serait que Renaud soit de nouveau détaché, glisse Lesueur. Mais sinon je vais devoir trouver quelqu’un sur place à Boulouris pour au moins avoir un oeil sur mes séances. »

Une chose est sûre, Lesueur est revenue avec Longuèvre pour retrouver les sommets. « J’ai hâte à nouveau de m’aligner en compétition et de pouvoir m’y exprimer pleinement. Ca commence à me démanger. »

Pour un tel objectif, débuter sa collaboration à plus de 2 000 m d’altitude ne peut être qu’une bonne idée.

A lire également

Renaud Longuèvre mis à l’écart

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment