Ekiden de Paris

Gervais Hakizimana a terminé le travail pour l’équipe d’Unirun.

 

Comme en 2015, l’équipe d’Unirun chez les garçons et celle du Club Athlétique de l’Ouest 78 ont remporté l’Ekiden de Paris ce matin au pied de la Tour Eiffel.

Au départ ce matin au pied de la Tour Eiffel, le doute pouvait subsister quant au futur vainqueur de l’Ekiden de Paris chez les garçons. Les tenants du titre, les Nordistes d’Unirun, se savaient favoris, mais sur le papier, l’équipe de Reims emmenée par Vincent Luis avait de quoi la faire vaciller.

Reims en tête grâce à Moukrime

D’ailleurs, dès le premier relais, c’est Reims qui virait en tête après un premier gros 5 km de Tarik Moukrime (15’13), l’international belge, arrivé cette saison dans le groupe de Farouk Madaci. A l’abri derrière Thomas Larchaud pendant les trois premiers kilomètres, le Belge accélérait pour transmettre le témoin en tête à Benjamin André. Mais derrière, Unirun ne s’inquiétait pas. Les hommes de Philippe Plancke se savaient supérieurs sur les deux parties de dix kilomètres. Sans grosse surprise, Jean-Damascène Habaruréma refaisait son retard sur le spécialiste du steeple et au bout de 15 km de course, Unirun prenait les commandes.

Bien emmenés par Abraham Niyonkuru sur le deuxième 10 km, les Nordistes creusaient ensuite l’écart sur la concurrence. Et à un relais du terme, les jeux semblaient faits, même si dans le box rémois, ce n’était autre que Vincent Luis qui allait s’élancer. 7e des Jeux olympiques de Rio sur le triathlon, le Rémois, qui va goûter à l’athlétisme intensément cette saison (voir article), s’engageait de bon cœur dans la bataille. Mais son retard trop conséquent l’empêchait de venir s’amuser avec Gervais Hakizimana sur les 7,195 derniers kilomètres.

Victoire facile pour le Club Athlétique de l’Ouest 78

Finalement, Unrirun doublait la mise en 2h13’41 devant Reims (2h15’11) et l’ASA Maisons-Alfort (2h16’56). « On est très fiers de renouveler notre victoire, lâchait Jean-Damascène Habarurema. C’était notre premier objectif. Ensuite, on aurait aimé descendre sous les 2h10, mais là c’a été compliqué. » De son côté, le Rémois Vincent Luis, malgré une compétition de natation la veille en Allemagne, était satisfait du résultat (meilleur temps sur 7,195 km en 21’39, voir réactions ci-dessous). «  Je suis content d’être là avec mon équipe. Ce ne sont que des mecs avec qui je m’entraine toute l’année. Je suis parti sans repères. C’était un peu un contre la montre. »

Ekiden de Paris

Victoire en 2h38 chez les filles pour le Club Athlétique de l’Ouest 78.

 

Chez les filles, la première à franchir la ligne fut la spécialiste de 800 m Clarisse Moh (qui courait dans une équipe mixte), mais c’est bel et bien les athlètes du Club Athlétique de l’Ouest 78 qui s’imposaient en 2h38’05 devant les Fans d’Azur (2h51’50) et les Sam Paris 12 (2h53’01). Egalement vainqueurs en 2015, les coéquipières d’Aude Korotchansky n’ont jamais tremblé dans cette édition.

Vers un circuit d’Ekiden

Et alors que ces dernières pouvaient savourer leur victoire, une partie des 1 600 équipes engagées continuaient d’affluer sous l’arche d’arrivée. De quoi valider un événement devenu majeur dans l’univers athlétique français. « C’est la course communautaire par excellence, lâchait Vincent Luis. Il y a de l’engouement. C’est un truc qu’il faut vraiment développer. »

Le message semble avoir été perçu par la FFA qui souhaite développer prochainement un circuit d’Ekiden dans toute la France.

Tous les résultats.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment