Jimmy Gressier

Jimmy Gressier lors du 1 500 m du meeting d’Amiens cette saison.

 

Après une première année chez les espoirs conclue par une disqualification sur le 5 000 m des Championnats d’Europe, l’athlète Jimmy Gressier (20 ans) a décidé de se donner de nouveaux défis.

Quatrième des Championnats d’Europe de cross juniors avec un an complet d’athlétisme en 2015, Jimmy Gressier est toujours allé vite en athlétisme. Le Nordiste n’aime pas perdre son temps. Sa saison 2017 n’ayant pas répondu à toutes ses attentes, il a décidé de prendre un nouveau virage. « Spécialisé » tout de suite sur 5 000 m pour profiter de sa caisse de footeux, le Boulonnais a envie de voir autre chose la saison prochaine, après un été conclu par une disqualification aux Championnats d’Europe espoirs et un record personnel loin de ses espérances sur 5 000 m (13’50’’88). « J’ai fait des grosses séances qui laissaient présager de bonnes choses sur 5 000 m, explique-t-il. J’ai fait 13’50, c’est bien, mais ce n’est pas ce que j’espérais. C’est une discipline ingrate et à maturité tardive. On a pu le voir cette saison avec François Barrer. Ce qu’il a fait c’est énorme mais il ne doit pas être beaucoup plus fort que les années précédentes à l’entrainement (voir article sur François Barrer). »

Plus de possibilités sur steeple

Gressier a donc décidé de s’orienter vers plus de 1 500 m, discipline qu’il a appris à aimer cet été (3’43’’78) et surtout découvrir le 3 000 m steeple. « Le steeple c’est une inconnue pour moi. J’ai envie d’en faire car on a un super niveau en France avec Mahiedine (Mekhissi), Yoann (Kowal), Djilali (Bedrani) et qu’on voit qu’ils peuvent rivaliser avec les meilleurs mondiaux ce qui n’est pas le cas pour les Européens sur le 5 000 ou 10 000 m (mis à part Mo Farah). Alors que sur le steeple, si tu as une bonne technique, tu peux jouer ta carte. Sur 5 000 m, si les mecs valent 12’50, ils partent et ne s’embêtent pas avec toi. »

Un choix également dicté par le plaisir, que l’international espoir n’a pas tellement retrouvé cette saison. « J’ai envie de bosser ma vitesse (sur 1 500 m) et surtout de me faire plaisir, que les saisons ne se ressemblent pas. Car on perd vite la niaque sinon. En se focalisant sur une seule discipline, on calcule trop sa progression, on se prend trop la tête. Je n’ai pas envie de ça, je veux juste prendre du plaisir et m’éclater. »

Des duathlons à l’automne

Et même s’il avoue ne pas avoir de matériel pour bosser les barrières à Boulogne-sur-Mer, le Nordiste compte bien vite progresser sur cette discipline. « Là, si je passe des barrières, je suis pourri, rigole-t-il. Mais je vais progresser. On ne sait pas ce que je peux valoir. »

Par contre, on connaît son niveau dans les labours, et il sera évidemment un candidat aux Championnats d’Europe de cross chez les espoirs en décembre prochain. Mais avant ça, son planning recèle encore de quelques nouveautés. « Je vais m’inscrire dans un club de triathlon pour faire un ou deux duathlons en début de saison (celui d’Ardres le 24 septembre est déjà à son programme). C’est bien de reprendre la saison avec d’autres choses. Je serai également aux France de 10 km à Aubagne (22 octobre). »

Et pour les cross, son calendrier prévoit une impasse sur les départementaux et les régionaux pour faire un peu de salle, avant de rentrer pour les Interrégionaux et les France. « Ca va me faire un planning chargé mais j’aime la compétition. Je m’entraine pour ça. »

2018 rime donc avec nouveau défi pour Jimmy Gressier.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment