LIFA de cross

Morhad Amdouni, étincelant cet hiver, fait l’impasse sur la saison estivale.

 

Blessé au dos, l’athlète français Morhad Amdouni a tiré un trait sur la saison estivale. Dommage, à la vue de sa forme étincelante de cet hiver qui l’avait vu flirter avec le record de France du 5 000 m en salle.

Décidément, l’infirmerie de l’équipe de France va bientôt exploser. Après les blessures de Pascal Martinot-Lagarde (voir article), de Jimmy Vicaut (ischio-jambier), de Christophe Lemaitre (voir article) ou de Johanna Geyer—Carles (voir article), un nouveau nom vient de s’ajouter. En effet, Morhad Amdouni, spécialiste du 1 500 et du 5 000 m ne participera pas à la saison estivale. Touché au dos, l’international français n’a pas pu s’entrainer correctement depuis son 5 000 m supersonique du côté de Birmingham en février dernier (voir article).

Le mollet, l’ischio-jambier et le dos

Touché dans un premier temps au mollet gauche et forfait juste avant les Championnats d’Europe en salle dont il faisait parti des favoris sur 3 000 m (voir article), Amdouni a connu depuis un enchainement de pépins. « Avant les Europe, je pensais que ce n’était qu’une contracture au mollet, avoue-t-il. J’ai pris quatre semaines de repos et je suis parti en stage en Afrique du Sud (le 3 avril). Là-bas, j’ai repris progressivement avec quelques fartleks et du travail en côte. Mais lors de ma dernière séance, je me suis fait mal à l’ischio-jambier. »

De retour en France, le Français essaie de repartir une nouvelle fois mais son dos, dont il souffrait pour l’heure en silence, lui fait signe d’en rester là. « Je n’ai pas compris ce qui m’arrivait. J’ai senti que mon corps n’avançait plus, que je courais en déséquilibre. »

Pas de retour programmé

Touché aux lombaires, Amdouni sait que ses autres problèmes physiques ont pour origine ses douleurs au niveau du dos. Maintenant place aux soins pour retrouver ses sensations. « J’ai le droit de courir mais sans intensité. Mais je préfère connaître l’origine du problème avant de reprendre. C’est dommage car j’ai fait un bel hiver. Mais depuis, il y a un blanc ! »

Auteur de 13’11’’18 sur 5 000 m en salle, Morhad Amdouni avait atteint cet hiver un niveau incroyable qu’il ne pourra pas concrétiser cet été. Un recul pour sûrement mieux ressauter, le Français étant un habitué des retours de blessures. « Je veux juste recourir normalement. Après, le reste viendra. »

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment