France cross court

Champion de France de cross court en 2017, Mohamed-Amine El Bouajaji (ici derrière le Belge Moukrime), pourra prétendre également cette année au titre espoirs s’il s’aligne de nouveau sur le cross court.

 

Lors des prochains Championnats de France de cross de Plouay (11 mars), les trois premiers espoirs (filles et garçons) des cross courts se verront décerner des médailles.

Alors qu’un podium national chez les espoirs n’était possible que sur le cross long, la Fédération française d’athlétisme vient de voter l’attribution des titres espoirs également sur le cross court. Lors des prochains Championnats de France de cross de Plouay (11 mars), les trois premiers espoirs des cross courts masculin et féminin seront appelés à monter sur le podium et un titre de champion de France espoirs de cross court sera décerné.

Une récompense pour les espoirs

Une décision logique selon Jean-Yves Le Priellec, vice-président de la FFA. « C’est une reconnaissance pour les espoirs. Ca va leur donner un coup de pouce et un brin de motivation supplémentaire. »

En effet, ces dernières années, mis à part les meilleurs espoirs, qui étaient capables de monter sur le podium des France de cross court comme Mohamed-Amine El Bouajaji chez les hommes (champion de France de cross court en 2017 en étant espoirs) ou Johanna Geyer–Carles (3e des France 2017 en étant espoirs), les athlètes de la catégorie espoirs avaient plutôt intérêt à s’aligner sur le cross long pour pouvoir être classés dans leur catégorie.

Un choix cornélien que les spécialistes du 800, 1 500 m voire 3 000 m steeple n’auront plus à faire puisque dès cette année, la catégorie espoirs sera reconnue à part entière sur le cross court.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment