Coupe d'Europe

En 2017, la Coupe d’Europe par équipes sera composée de quatre poules de douze équipes.

 

A l’image de ce qui se fait dans le football, l’Association européenne d’athlétisme ouvre sa pratique à de plus en plus de pays. Cette saison, ils seront 48, dont certains participeront à leur première Coupe d’Europe par équipes.

Troisième en 2015 à Cheboksary (Russie) derrière la Russie et l’Allemagne, la France partira une nouvelle fois parmi les favoris de la Coupe d’Europe par équipes en 2017. D’autant plus que la compétition sera organisée au Stadium Nord de Villeneuve d’Ascq (24-25 juin 2017). Dans le groupe élite, dit « Super League », les Bleus retrouveront, en plus de la Russie (si les Russes sont autorisés à concourir) et l’Allemagne, les pays suivants : la Biélorussie, la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Espagne, l’Ukraine, la Pologne, la République tchèque, la Grèce et les Pays-Bas.

Quatre poules de douze équipes

Les trois derniers pays cités sont en effet promus de la deuxième division continentale dit « First League ». Ils remplacent les trois pays nordiques (Norvège, Finlande et Suède) qui ont été relégués en 2015. Car, comme dans les sports collectifs, la Coupe d’Europe fonctionnent en divisions avec des accessions et des relégations. Composée de deux autres poules (« Second League » et « Third League »), cette compétition permet un véritable tour d’horizon de l’athlétisme européen.

Le gros changement pour cette édition 2017 est la densification du troisième niveau (« Second League ») qui passe de huit à douze équipes (Islande, Chypre, Macédoine, Autriche, Israël, Lettonie, Lituanie, Croatie, Slovaquie, Hongrie, Slovénie et la Serbie) et l’apparition de deux nouveaux pays au quatrième échelon continental.

Le Kosovo et l’Arménie, les petits nouveaux

En effet, dans cette division (« Third League »), où le niveau ressemble souvent à celui des Interclubs en France, le Kosovo et l’Arménie vont faire leur entrée. De quoi rendre ce rendez-vous encore un peu plus exotique avec déjà la présence de tout petits pays comme Monaco, le Lichtenstein, Saint-Marin ou Gibraltar (qui concourront sous la bannière de l’AASSE, association d’athlétisme des petits pays d’Europe) qui, chaque année, ne dépassent pas la dizaine de performances réalisées contre quarante possibles.

Composition et implantation des poules :

Super League à Lille (France) : France, Russie, l’Allemagne, la Biélorussie, la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Espagne, l’Ukraine, la Pologne, la République tchèque, la Grèce et les Pays-Bas.

First League à Vaasa (Finlande) : Finlande, Norvège, Suède, Roumanie, Belgique, Suisse, Portugal, Danemark, Estonie, Irlande, Bulgarie

Second League à Tel Avive (Israël) : Islande, Chypre, Macédoine, Autriche, Israël, Lettonie, Lituanie, Croatie, Slovaquie, Hongry, Slovénie, Serbie.

Third League (lieu à déterminer) : Azerbaïdjan, Bosnie-Herzégovine, Luxembourg, Georgie, Malte, Macédoine, Andorre, Monténégro, Albanie, Kosovo, Arménie, AASSE.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment