Marathon

La Nike Zoom VaporFly devrait aider les athlètes à courir moins de deux heures au marathon.

 

Le projet « Breaking 2 » lancé par la firme Nike afin de faire passer l’un de ses athlètes sous les deux heures au marathon a pris de l’épaisseur ce mardi avec l’annonce du lieu de la tentative et des nouvelles technologies développées par la marque à la virgule pour aller toujours plus vite.

Depuis que Nike a lancé son projet « Breaking 2 » (voir notre article), le monde de la course à pied est en ébullition, attendant par quels moyens, la firme américaine va pouvoir faire faire l’impossible à ses athlètes. Depuis ce mardi, des détails du projet ont été dévoilés, à commencer par le parcours, paramètre indispensable à la réussite d’un chrono sur la route.

Les membres de Nike ont donc jeté leur dévolu sur un circuit de Formule 1. Logique quand on veut que les athlètes courent à 2’50 au kilomètre pendant deux heures. C’est donc sur le circuit italien de Monza, sur une boucle de 2,4 km annoncée plus plate que le marathon de Berlin, que Eliud Kipchogue (qui a réalisé aujourd’hui un test sur ce parcours en 59’19 sur semi), Lelisa Desisa et Zersenay Tadese, les trois champions choisis par Nike, devront tenter l’impossible.

Des équipements dernier cri

Pour cela, les trois cobayes auront à leur pied les toutes nouvelles chaussures de la firme américaine développées spécialement pour l’occasion. La Nike Zoom VaporFly Elite (moins de 200 g), composée d’une lame de carbone en forme de cuillère dans la semelle devrait, selon les ingénieurs, permettre un meilleur renvoi vers l’avant. Ajouter à cela un t-shirt respirant ni trop près du corps ni trop large, un cuissard pour maintenir les muscles et des manchons compresseurs, et voilà nos trois fous du bitume prêts pour des prouesses.

La tentative devrait avoir lieu les 6 ou 7 mai prochain, Nike se laissant une fenêtre de tir de plusieurs jours pour avoir les meilleures conditions possibles. Sûrement de quoi pouvoir battre le record du monde de Dennis Kimetto (2h02’57). En ce qui concerne les moins de deux heures sur 42,195 km, l’espoir fait vivre.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment