Baptiste Mischler

Baptiste Mischler a très bien géré sa série pour se qualifier en finale du 1 500 m.

 

Impérial en série, le vice-champion d’Europe juniors 2015 s’est qualifié aisément pour la finale du 1 500 m. Pour les autres Français engagés, la session de ce matin a été plus compliquée.

Aligné dans la troisième série du 1 500 m, Baptiste Mischler était d’entrée placé devant un dilemme. Son compatriote Yani Khelaf venait de lui glisser juste avant sa course, d’essayer de calmer le tempo puisque ce dernier avait terminé 7e de la première série (il pensait alors pouvoir se qualifier au temps mais seuls 3 athlètes pouvaient l’être). Mais dans sa course, ses adversaires ne l’entendaient pas de cette oreille. « L’Ukrainien est parti devant et nous a dit : “il faut courir les gars car on ne passera pas au chrono sinon“. Du coup, je ne savais pas trop comment aborder la course. »

Yani Khelaf premier non qualifié

En tête du peloton de chasse, Mischler revenait au train sur l’Ukrainien après 600 m de course. Ensuite, le vice-champion d’Europe juniors 2015 gérait parfaitement l’emballage final en s’emparant de la deuxième place en 3’46’’41. « Sur les 500 derniers mètres, je voulais faire comme aux France et mettre une boite, raconte Mischler. Mais à 300 m de la ligne, j’ai senti qu’il y avait du monde derrière et que je bloquais un peu. Je n’avais pas de super bonnes jambes. Je coince un peu dans la dernière ligne droite. »

Néanmoins qualifié, il ne pouvait en revanche rien pour son compatriote Yani Khelaf. Le protégé de Thierry Choffin terminait à la terrible place de premier non qualifié avec le septième temps de la première série (3’44’’88), la plus rapide des trois (3 premiers qualifiés par série et les 3 meilleurs temps des séries qualifiés pour la finale).

Ca passe pour Golitin

Une loi des séries qui jouait en faveur du sprinteur Amaury Golitin. Seulement quatrième de la cinquième série, le Français était repêché au temps pour les demi-finales.

En revanche, pour les deux steepleuses Alexa Lemitre et Léa Navarro, engagées un peu plus tôt dans la matinée, les Championnats du Monde s’arrêtent là. Sous la pluie, les deux Françaises ne sont pas parvenues à courir aux alentours de leurs records personnels, ce qui aurait pu leur ouvrir les portes de la finale. « J’ai mal couru, lâchait Alexa Lemitre (8e de la première série en 10’27’’40). C’est parti un peu vite, je n’ai pas accroché le groupe de tête quand j’aurais dû l’accrocher. C’était dur. » Même constat pour la championne de France du 2 000 m steeple, qui quittait en pleurs la piste polonaise (13e de la deuxième série en 10’33’’56).

Pour Golitin, la prochaine étape aura lieu demain à 19h20. Pour Mischler, annoncé parmi les favoris du 1 500 m, le rendez-vous est pris pour jeudi. « Je gère plutôt pas mal la pression, lance l’Alsacien. Je ne me comporte pas du tout en tant que leader mais je me vois comme un outsider. Franchement je n’essaie pas du tout de penser à un podium, j’essaierai juste de faire ma course et on verra comment ça va se passer. »

 

Un réveil sportif
A l’heure où habituellement les athlètes prennent tranquillement la direction de l’entrainement, les demi-fondeurs français engagés ce matin dans les séries du 3 000 m steeple (9h55) et du 1 500 m (10h35), ont dû changer leur habitude pour être compétitifs. « Je me suis levée à 5h45 du matin, expliquait Alexa Lemitre. J’ai déjeuné à 6h30 et je suis allée marcher. » Des conditions qu’ils avaient déjà travaillées à l’entrainement. « J’ai fait plusieurs séances à l’horaire de ma série », renseignait Baptiste Mischler. Malgré cela, tous les coureurs étaient d’accord pour dire que leurs courses avaient été compliquées physiquement.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment