Céline Distel-Bonnet

Céline Distel-Bonnet a décidé de mettre un terme  à sa carrière à 29 ans.

 

A 29 ans, la sprinteuse de Strasbourg Agglomération Athlétisme a décidé de mettre un terme à sa carrière. Qualifiée à Rio dans le relais 4×100 m, Céline Distel-Bonnet « aspire simplement à autre chose ».

« Après avoir pris le temps de la réflexion, j’ai décidé de raccrocher les pointes. » C’est par cette phrase d’introduction d’un petit communiqué sur sa page Facebook que Céline Distel-Bonnet a annoncé qu’elle mettait un terme à sa carrière. Une carrière longue de quinze années, qui comme pour tous les athlètes de haut niveau aura été faite de hauts et de bas.

Une médaille mondiale perdue pour disqualification

D’ailleurs, le plus grand moment de sa vie d’athlète rassemble ces deux sentiments. Vice-championne du monde à Moscou (2013) avec le relais 4×100 m, Distel-Bonnet se voyait disqualifiée ainsi que ses copines après la cérémonie de remise des médailles. Un dénouement cruel qui débouchera néanmoins sur la meilleure saison de sa carrière en 2014.

Cette année-là, la Strasbourgeoise signe son record sur 100 m (11’’24 et 23’’30 en 2013 sur 200 m) avant de terminer sixième des Championnats d’Europe de Zurich, toujours sur 100 m, et de glaner sa seule médaille internationale chez les seniors avec l’argent sur le relais 4×100 m (elle a également remporté l’argent avec le relais aux Mondiaux juniors en 2006 et le bronze aux Europe Juniors en 2015).

Envie de passer à autre chose

Malgré un deuxième titre de championne de France Elite à l’hiver 2015 (sur 60 m après avoir gagné celui du 200 m en plein air en 2014), ses deux dernières saisons ont été compliquées. En 2015, ralentie par une blessure aux ischio-jambiers, elle réussit à se qualifier in extremis pour les Championnats du Monde de Pékin (éliminée en série avec le relais 4×100 m).

Et en cette année olympique, elle n’a jamais retrouvé ses sensations de 2014 mais a néanmoins signé l’un des meilleurs chronos de sa carrière sur 100 m en 11’’31. Mais le bilan plutôt fade des championnats estivaux avec le 4×100 m (6e des Europe, éliminé en série des JO) l’aura sûrement aidée à faire son choix. « Ma carrière s’achèvera donc sur mon expérience olympique. Cette décision s’est assez facilement imposée à moi. Après plus de quinze ans de sacrifices, j’ai simplement envie de vivre ma vie autrement. »

Et c’est donc comme sa coéquipière Mélanie Skotnik, avec qui elle avait échangé quelques mots sur sa saturation athlétique lors des Interclubs à Compiègne, qu’elle a décidé de passer à autre chose « loin des pistes ».

Pour revivre le 4×100 m féminin des Championnats du monde de Moscou en 2013.

 

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment