Beer Mile

Bien aidé par son pote Thomas Larchaud (à gauche), Bryan Cantero a mis sur pied un Beer Mile de haut niveau ce vendredi 29 juillet. (Photo : organisation)

 

Ce vendredi 29 juillet, certains des meilleurs milers français se sont affrontés sur un Beer Mile, à l’initiative de l’international Bryan Cantero. Retour sur un événement qui pourrait se développer en France à l’avenir.

Finalement, le plus dur aura été de trouver un stade pour accueillir la première compétition officielle de Beer Mile en France. Après de multiples demandes et mails envoyés aux mairies de la banlieue lyonnaise, le spécialiste du 1 500 m Bryan Cantero (sélectionné aux Championnats d’Europe d’Amsterdam cette saison) et sa petite équipe ont dû se résoudre à organiser cette compétition sur un stade public. « C’a été compliqué pour organiser, explique celui qui s’entraine à Décines dans le groupe de Bastien Perraux. On a dû faire le forcing car aucune mairie ne voulait nous laisser une piste, notamment à cause de la proximité du Parc OL où la promotion de l’alcool est interdite. On nous a mis pas mal de bâtons dans les roues. »

Adam, Casse et Larchaud au départ

D’abord prévu pour accueillir une grosse cinquantaine de personnes, l’événement a finalement été rendu plus confidentiel. Prévenus par messages privés quelques heures avant le début de l’épreuve, les Beer Milers étaient une trentaine à se présenter au départ. Moins de monde mais un plateau de qualité bières en main avec, entre autres, Guillaume Adam (3’38’’41 sur 1 500 m en 2014), Thomas Larchaud (1’48’’56 sur 800 m en 2013), Martin Casse (3’39’’27 sur 1 500 m en 2016), Julien Masciotra (13’50’’51 sur 5 000 m en 2009), ou encore l’Irlandais Kevin Batt (13’39’’61 sur 5 000 m en 2015), sans oublier Bryan Cantero (3’36’’08 sur 1 500 m en 2014). Le tout étant chapeauté par la société d’événementiel sportif Perf Event, créée par l’ex-international juniors Benoit Calandreau « La première course était digne d’une belle série des Championnats de France Elite », jugeait Cantero.

Désireux de battre le record d’Europe de la spécialité (5’24 par le Suédois Markus Liwing), Cantero prenait tout de suite les commandes de la course après avoir descendu sa première bière de 33 cl (voir par ailleurs pour le déroulement). « J’avais prévu de boire mes bières tièdes pour mieux les assimiler mais elles étaient brûlantes », regrettait-il. Quatre tours de piste, dont le dernier en 55’’ et trois bières supplémentaires plus tard, Cantero remportait la course en 5’42’’79, record de France et 79e meilleure performance mondiale de tous les temps (selon Beermile.com). « J’étais bien en jambes mais j’ai sauté sur les deuxième et troisième bières, rigolait-il. L’alcool ne monte qu’une fois la ligne franchie mais le plus dur est l’acceptation du liquide par le ventre. C’est dur de courir le ventre plein de bière. Il y a plein d’astuces pour aller plus vite. Il faut progresser sur les détails comme le fait de garder le décapsuleur avec soi pendant la course au lieu de le lancer à chaque fois comme j’ai pu le faire. »

Un projet de Beer Mile Tour

Derrière lui, Thomas Larchaud (6’40) et Jérémie Rossero (6’50) complétait le podium. « C’était festif, concluait Cantero. C’est une épreuve à part. Il ne faut pas lier ça au sport. Les gens viennent faire ça pour s’amuser. Et d’ailleurs, ils nous demandaient déjà quand est-ce qu’on allait en réorganiser un. »

Une réussite qui donne des idées au miler. « L’idée serait de développer un “Beer Mile Pro Tour’’ avec des thèmes selon la région où il se courrait. Par exemple, un Sangria Mile. Je pense que c’est le genre d’événement qui peut se développer. Ca se marierait bien dans un événementiel estival au bord des plages. »

Les autres milers français sont prévenus. Après les Championnats internationaux, les prochaines saisons pourraient se prolonger dans la convivialité des Beer Mile.

Qu’est-ce que le Beer Mile ?
Le Beer Mile est une compétition qui, comme son nom l’indique se court sur une distance d’un mile (1 609, 35 m) durant laquelle les coureurs doivent boire une bière d’au moins 33 cl à chaque début de tour (soit 4 au total). Cette bière doit être intégralement bue dans une zone de dix mètres (9,35 m) située entre la ligne de départ du mile et l’arrivée. Et alors que le record du Monde du mile est détenu depuis 1 999 par Hicham El Guerrouj (3’43’’13), celui du Beer Mile est de 4’47’’00 par le Canadien Lewis Kent en 2015. Le champion américain Nick Symmonds s’y essaye régulièrement, pour un record à 5’19’’0.

Tous les résultats du Beer Mile de Lyon sont à retrouver sur Perf Event.

Photo de Une : organisation. 

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment