Bosse-Cantero

Bryan Cantero (à gauche) et Pierre-Ambroise sont en train de développer une application de rencontres.

 

Actuellement présents aux Championnats d’Europe d’athlétisme, les deux internationaux Pierre-Ambroise Bosse et Bryan Cantero ne sont pas seulement des athlètes de haut niveau. Depuis janvier, ils ont créé une start-up au nom de Deserve Her, une application de rencontres qu’ils lanceront prochainement. Sa particularité : associer la compétition et la séduction, ce qui ressemble fortement à ses deux créateurs. Rencontre.

Même s’ils ne sont pas dans la même chambre lors de ces Championnats d’Europe (Pierre-Ambroise Bosse partage la sienne avec Mame-Ibra Anne et Bryan Cantero avec Sofiane Selmouni), il est certain que les deux demi-fondeurs se sont retrouvés plus d’une fois dans le hall de l’hôtel IAM d’Amsterdam pour discuter de sites de rencontres. Pas pour eux, enfin pas dans un premier temps, mais pour aborder leur application mobile qu’ils sont en train de créer. « On a souvent des idées à la con, lance Pierre-Ambroise Bosse, le recordman de France du 800 m (1’42’’53 en 2014). Mais après, pour transformer une idée en projet, c’est autre chose ! »

Une connaissance pointue des sites de rencontres

L’idée ? Celle-ci est venue à l’INSEP, un jour comme tous les autres, avec ses entrainements et ses plages de récupération. « Pierre était en train de faire la sieste quand je suis arrivé dans sa chambre, raconte Bryan Cantero, spécialiste du 1 500 m (3’36’’08 en 2014). Et je lui ai dit : “Pierre, il faut qu’on invente quelque chose. » « On s’est demandé ce qu’on connaissait le mieux, continue Bosse. Et les sites de rencontres, on connaît ! »

Bosse

Le recordman de France du 800 m est l’un des favoris des Championnats d’Europe.

 

Beaux gosses et sportifs, les deux jeunes hommes ne doivent pourtant pas avoir besoin des applications comme Tinder pour rencontrer des filles. « Tu sais, quand tu es cloitré à l’INSEP », reprend Bosse avec un sourire.

C’est comme ça donc qu’est née “Deserve Her“ (mérite-la en anglais). « C’est un mini jeu de séduction qui nous ressemble vachement, explique Pierre-Ambroise Bosse. Sur les sites de rencontres, les femmes sont harcelées et les hommes n’ont pas forcément leur chance pour séduire. Il fallait trouver un juste milieu tout en ajoutant notre grain de sel, le faire à notre sauce. »

Une compétition de séduction en trois rounds

Le slogan : « mérite-la, choisis-le ». Le principe ? « C’est une compétition à travers trois rounds qui dématérialise la rencontre, annonce Bryan Cantero. Le premier round c’est le « eye contact ». La fille reçoit trois photos de garçons et elle doit en choisir deux. Lors du round 2, les deux garçons ont entre 5 et 15 secondes pour sortir un pitch que la fille pourra écouter. On ajoute le contact audio qui n’est pas encore utilisé sur les applications de rencontres. »

Bosse-Cantero

Il faudra trois rounds aux garçons pour pouvoir parler avec la fille désirée.

 

Le round 3 c’est le « Beguin » – « on a voulu jouer la carte française » -. Don Juan a été choisi et il peut chatter avec madame, l’aventure est lancée. Pour les autres, les recalés, des messages d’encouragement leur sont envoyés, histoire qu’ils retentent leur chance. «  Aujourd’hui, l’industrie du « matching » (en référence à l’application Tinder et le fameux « match » quand deux individus se plaisent), c’est je t’aime bien, je ne t’aime pas, avance Cantero. Nous, on apporte un certain ludisme qu’on ne trouve pas sur les autres applications. »

« On pensait être pris pour des guignols »

Et dans le peloton des start-ups, “Deserve Her“ semble jouer devant. « On a foi en notre concept, lâche le miler Cantero. Il a été validé et revalidé par un panel assez important de personnes. Nos interlocuteurs aiment notre concept et nos profils. »

Obligés de pitcher, comme on dit dans le jargon des start-ups, les deux athlètes se sont retrouvés devant des spécialistes du domaine avec la boule au ventre, comme au départ d’une course. Mais quasiment à chaque fois, le résultat était au rendez-vous, comme c’est souvent le cas pour eux sur les pistes. « Au début, on était un peu sceptiques sur notre discours, avoue Pierre-Ambroise Bosse. Ce n’est pas évident de balancer ton pitch à des gens. Mais en fin de compte, c’est passé. On a été agréablement surpris. » « On pensait être pris pour des guignols dans ce milieu-là, reprend Cantero. Mais on a toujours été respectés, peut-être même plus que dans notre propre milieu sportif. »

Cantero

Bryan Cantero était aligné sur le 1 500 m des Championnats d’Europe.

 

Des blagues en rendez-vous d’affaires

Habitués aux blagues du second degrés et à l’autodérision, les deux compères ont parfaitement réussi à s’intégrer dans ce nouveau monde. « Un jour, on avait un rendez-vous important, se souvient Bryan Cantero. Notre avocat nous avez briefés afin qu’on fasse attention à notre manière de nous comporter. Bon, on est arrivés en retard, comme toujours, mais d’entrée de jeu, Pierre a fait des blagues. Et au final, notre interlocuteur en faisait plus que nous et il nous a ouvert son réseau. Les chefs d’entreprise aiment le profil des sportifs car ils savent qu’on a une certaine rigueur. »

Une rigueur qu’ils ont appliquée pour ficeler leur projet. Un cabinet de développement (Geoks), un cabinet d’avocats (Alto Avocats), il ne manque plus que de l’argent pour faire décoller le tout. «  On est en pleine phase de développement donc on a besoin de financements, signale Bryan Cantero. On est en train de multiplier les pistes pour trouver divers investisseurs pour mener à bien le projet. » « On a une vraie entreprise, insiste Bosse. On a misé, on a mis notre argent sur la table. Maintenant il faut trouver des gens qui nous font confiance pour investir. »

Sortie prévue pour novembre 2016

Louis Nicollin, le truculent président du Montpellier HSC pourrait être l’un deux. Dans tous les cas, la course est lancée. « On va aller jusqu’au bout, prévient Bosse. Je ne sais pas comment mais on ira jusqu’au bout. On l’a dit et on a tapé dans les mains. Il n’y a personne qui abandonnera le bateau. Sauf s’il est mort. »

La dérision toujours. En manque de temps via leur quotidien de sportif de haut niveau (Pierre-Ambroise sera présent aux Jeux olympiques), les deux entrepreneurs comptent bien accélérer à la fin de la saison, afin de lancer rapidement leur application. « On veut être carré pour sortir la première version sur Apple store et Google store en novembre. Et ensuite, l’idéal serait de pouvoir lancer une grosse campagne de communication en janvier 2017. »

D’ici là, ils continueront d’en parler à leurs amis, à leur entourage, et peut-être même à leurs conquêtes virtuelles, pour voir si l’effet “Deserve Her“ fonctionne toujours. A la vue des deux spécimens, ça devrait « matcher ». En tout cas, ils le méritent.

Pour plus d’informations.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment