Benjamin Robert

Benjamin Robert a pris un départ prudent à Reims avant de terminer deuxième du 800 m.

 

Attaquant du club de Blagnac en U17 Nationaux il y a encore deux ans, Benjamin Robert (19 ans) est l’une des révélations chez les jeunes sur 800 m depuis un an. Freiné par une blessure cet été, il a signé son retour hier à Reims en terminant deuxième d’un 800 m de niveau national en 1’49’’31. De quoi présager de bonnes choses pour la suite de la saison alors qu’il n’est encore que juniors.

Chacun en stage au bout du monde, Pierre-Ambroise Bosse (Australie) et Samir Dahmani (Kenya) ne devaient pas être devant leur ordinateur hier soir pour suivre le live du meeting national du DAC Reims. Dommage, car les deux internationaux français auraient pu apprécier les performances de leurs cadets sur leur distance de prédilection. En 3’44’’33, Yani Khelaf s’est rapproché du record de France juniors en salle de Dahmani (3’42’’83 en 2010), alors que Benjamin Robert n’a échoué qu’à 61 centièmes (1’49’’31) de celui de Bosse (1’48’’70 en 2011). La performance du second est d’autant plus surprenante, puisque, contrairement à Khelaf, il n’est pas encore un habitué de l’équipe de France, ne comptant qu’une sélection à un match international en salle en 2016. « Je suis super content car je passe enfin sous les 1’50 (ex-record 1’50’’22 en 2016), avoue Benjamin Robert. A la vue de ce que je faisais à l’entrainement, mon entraineur (Ali Belkacem) m’avait dit que je pouvais les faire. »

Champion de France juniors en titre

Bien calé dans le peloton derrière les expérimentés Paul Renaudie et Kévin Gobillard, le jeune athlète du CA Balma a attendu le dernier tour pour produire son effort. « Je savais que la course allait aller très vite donc j’ai suivi le train en restant derrière. J’ai seulement tout lâché dans les derniers 150 m. » Surprenant deuxième derrière Clément Dhainaut, qu’on attendait pas non plus à pareille fête, Robert a confirmé tout le potentiel qu’il avait laissé entrevoir depuis sa médaille d’argent sur 800 m lors des Championnats de France cadets, déjà en salle (2015).

A cette période, le natif de Toulouse est attaquant dans l’équipe de football de Blagnac qui évolue en U17 Nationaux, soit la plus haute division chez les jeunes. Et alors qu’il possède déjà une licence à Balma sur les conseils de son père qui le voyait briller sur les cross UNSS, il décide de vraiment remplacer les crampons par les pointes à la suite de sa médaille nationale. « A ce moment-là, je me suis dit pourquoi ne pas miser que sur l’athlétisme. »

Une blessure freine sa progression

Et alors que sa vitesse lui servait pour déposer les défenseurs adverses, il va s’en servir sur le tartan. Champion de France juniors en salle la saison passée, il fait partie des prétendants aux Mondiaux juniors de Bydgoszcz mais une blessure à l’ischio-jambier gauche va freiner sa progression. « En 2016, ma saison en salle a été parfaite avec le titre et ma victoire au match international, explique-t-il. Ensuite, je fais un bon chrono à Décines à la fin mai (1’50’’22) avant de me blesser à la mi-juin à l’entrainement. C’était une petite lésion mais les délais étaient trop courts en vue des France, donc j’ai préféré stopper mon été. »

De retour aux Interclubs jeunes au début du mois d’octobre, il ressent de nouveau une gêne à l’ischio. « Je n’ai repris l’entrainement qu’au mois de novembre après avoir pensé devoir faire l’impasse sur l’hiver. Mais on a mis une bonne structure médicale autour de moi avec un kiné. J’ai fait tout ce qu’il faut. »

Les France universitaires avant Grossetto

Et même un peu plus, puisqu’en partant de Toulouse en avion avec ses parents, il ne pensait pas débarquer à Nantes ce mercredi (en provenance de Reims), avec le statut de favori aux Championnats de France universitaire qu’il courra ce jeudi. « On va tout faire pour être premier aux FFSU », clame-t-il.

Comme il fera tout pour être de l’aventure à Grossetto (championnats d’Europe juniors en Italie du 20 au 23 juillet) cet été. « J’avais déjà dans le viseur les Mondiaux l’année dernière. Mais je me suis aussi rendu compte que ce n’était déjà pas évident de faire moins de 1’50. Là, les minima sont solides (1’48’’00). C’est beau de regarder les chronos mais il faudra les faire. »

Avant cela, Benjamin Robert défendra son titre national à Nantes (11-12 février), avant de sûrement participer aux Championnats de France Elite (18-19 février) puis au match international juniors de Halle (4 mars, Allemagne), où il  aimerait encore marquer les esprits.

Pour tout savoir sur le meeting national du DAC Reims.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment