Amandine Brossier

Amandine Brossier était alignée sur 200 m lors du DecaNation.

 

Pour sa première sélection en équipe de France seniors, la sprinteuse angevine a connu l’ivresse d’une course en individuel sous les couleurs bleues avec un rappel au bout de 100 m de course mais aussi la ferveur de courir à domicile.

Il y a des compétitions que l’on oublie dès la ligne franchie. D’autres restent en mémoire et forgent les carrières. Pour Amandine Brossier, le 200 m du DécaNation de ce samedi a pris directement la première place des expériences de sa jeune carrière. Car après seulement trois ans d’athlétisme, ils ne sont pas beaucoup à se targuer d’avoir déjà porté le maillot de l’équipe de France seniors, même pour une épreuve mineure du calendrier international comme le DécaNation. « Je suis vraiment super contente, avoue l’athlète de 22 ans. C’était une super expérience. Avoir fait le tour d’honneur avec tout le monde sur le bus pour la présentation c’était juste magique et voir tous les gens qui m’encourageaient c’était motivant. »

Un rappel 100 m après le départ

Car, en plus de parader avec l’équipe de France, Amandine Brossier a eu le luxe de le faire à domicile, elle la licenciée de l’Angers athlétisme. Et on peut dire que l’appui du public – dont une énorme pancarte – n’a pas été négligeable pour la Française, qui voyait le premier départ  de son 200 m rappelé après plus de 100 m de course, alors qu’elle était très bien partie. « J’étais très motivée et je me sentais super bien, explique-t-elle. Quand j’ai vu qu’il n’y avait personne à ma gauche qui remontait, je me suis dit que ce n’était pas possible, que j’allais le faire mais en fait pas du tout. Je n’ai pas du tout entendu le rappel comme mes adversaires qui étaient à ma droite. Reprendre un départ ça m’a fait penser à l’entrainement où je dois enchainer mais où j’ai de la récupération alors que là, on a enchainé. »

Mais on était effectivement loin d’une séance d’entrainement et le deuxième départ était le bon face à des adversaires bien plus expérimentées. Finalement cinquième en 25’’39 (+0,1), elle était loin de son record personnel réalisé à Genève le 10 juin dernier (23’’37, +1,3). « Je ne sais pas si ce faux départ m’a pénalisée mais c’est vrai que j’étais bien partie et ç’a été difficile de repartir après. Mais je suis quand même super contente de l’expérience. »

Une saison à rallonge

De quoi ponctuer une saison qui a été bien plus longue que ce qu’elle aurait pu imaginer. Médaillée de bronze cet hiver sur le 200 m en salle des Championnats de France espoirs, Amandine Brossier avait pour objectif 2017 les Europe de sa catégorie. Qualifiée à Bydgoszcz (Pologne) et demi-finaliste sur 200 m, la Française est revenue avec une médaille d’argent sur 4×100 m avec ses coéquipières Maroussia Paré, Cynthia Leduc et Fanny Peltier. Un résultat qui lui a permis d’intégrer le stage préparatoire des relais avant les Mondiaux de Londres. « Au stage, on m’a invitée à faire le meeting de Zurich (6e en 24’’10 du 200 m espoirs) avant de me proposer de faire le DecaNation»

La jeune Angevine n’a pas hésité avant d’accepter même si elle savait qu’elle finirait sa saison sur les rotules. « L’année dernière, je m’étais arrêtée à la mi-juillet avec les Championnats de France. Là, c’était difficile car je n’étais vraiment pas habituée. Après l’envie m’a motivée à aller toujours à l’entrainement mais j’ai senti que j’avais de moins en moins de jambes. »

Moins de jambes mais plein de souvenirs dans la tête et évidemment l’envie de retrouver au plus vite la tunique bleue.

A lire également

DecaNation : Fin de saison en couleurs pour les Bleus

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment