Alexandre Saddedine

Sixième du 1 500 m du meeting de Reims en 3’41’’38, Alexandre Saddedine s’affirme comme un véritable miler.

 

Auteur d’un chrono de 3’41’’38 ce mercredi au meeting du DAC Reims, Alexandre Saddedine affiche une forme étincelante cet hiver. De bon augure pour le protégé de Zouhir Foughali qui vise ouvertement une place à Rio sur le 1 500 m.

Déçu à Mondeville à la suite d’un 3 000 m en deçà de ses espérances (8’02’’44), Alexandre Saddedine a retrouvé le sourire ce mercredi (17 février) lors du meeting du DAC Reims. Solide sixième d’une course remportée par l’Ethiopien Aman Wote (3’38’’04, meilleure performance mondiale de l’année), le Rémois d’origine est entré dans le cercle des coureurs qui comptent sur le 1 500 m en 3’41’’38, à moins de deux secondes des minima pour les Championnats du monde en salle de Portland. « Je suis vraiment content car je bats également mon record en plein air (3’42’’52). J’avais de bonnes jambes. J’ai pris des risques et ç’a payé. »

L’indoor pour préparer l’été

Un sourire partagé par son entraineur Zouhir Foughali. « On est contents mais on en veut toujours plus. Je pense qu’il a les minima pour les Monde dans les jambes. Mais ce n’est pas grave. On a décidé de faire une bonne saison indoor pour bien préparer l’été. »

Sevré de cross depuis les Championnats d’Europe de Hyères (14e), Alexandre Saddedine consacre son hiver à la piste en alternant les 1 500 et les 3 000 m (il courra ce dimanche à Metz). Mais il devrait néanmoins être de la fête nationale au Mans sur le cross court. « Nous avons fait une demande de repêchage pour les France, explique Foughali. C’est bien vis-à-vis du club. Nous ne sommes pas des stars, il faut faire ces compétitions là. »

Zouhir Foughali

Zouhir Foughali (à gauche) en pleine discussion sur les allures du 1 500 m du meeting de Reims avec François Barrer, co-responsable du plateau.

 

Mais c’est évidemment sur l’anneau de 200 m qu’il a rendez-vous. « Il faut que je confirme aux France Elite, estime Saddedine. J’y vais au moins pour faire un podium. »

Ensuite, les tours comme les jours rallongeront mais pas la distance. En effet, adepte depuis ses jeunes saisons du 5 000 m (7e des derniers Championnats d’Europe espoirs), Alexandre Saddedine souhaite continuer à s’investir sur le 1 500 m comme il l’avait fait la saison dernière. « Ma préférence va vers le 1 500 m. C’est la distance où je me sens le mieux, où je prends le plus de plaisir. » Un choix validé par son entraineur. « J’ai pour optique de le faire travailler le 1 500 m parce qu’il a encore besoin de vitesse. »

Le duo vise les Jeux olympiques

Et pour la dernière année de son protégé dans le monde des espoirs, Zouhir Foughali ne cache pas ses ambitions. « Il est potentiellement qualifiable aux Jeux olympiques sur 1 500 m. C’est moi qui le dit. Mais ça reste de la théorie. Il faudra voir en pratique mais il a progressé. » Une théorie qu’Alexandre Saddedine bosse chaque jour assidûment. « J’essaie de me pousser à mon maximum pour claquer un gros chrono cet été. Après, si je ne fais pas les JO (minima à 3’35), je ne les fais pas. »

A 3’37’’50, les Championnats d’Europe d’Amsterdam seront également d’actualité même si le 5 000 m (13’30) pourrait être une petite option. « Ca peut le faire sur 5 000 m, juge Foughali. Il tentera à Carquefou sans se prendre la tête. »

Une chose est sûre, depuis le meeting de Reims, l’élève a dépassé le maître. « Il a battu mon record (3’42’’25 en 2001 en plein air), sourit Foughali. Il m’allume mais je ne suis pas surpris. »

L’école Foughali a déjà vu l’un de ses élèves, un certain Mahiedine, devenir un très grand. Alexandre Saddedine a de qui s’inspirer.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment