Abraham Kiprotich

Abraham Kiprotich n’a pas couru ce week-end le marathon de Gyeongju en 2h06’54. (photo Facebook Abraham Kiprotich).

 

Le Français d’origine kenyane est apparu durant de deux jours comme le vainqueur du marathon de Gyeongju (Corée du Sud) dans le temps canon de 2h06’54. Suspendu depuis 2013, Abraham Kiprotich n’était pas au départ et c’est son homonyme Felix Kiprotich qui s’est finalement imposé en Corée du Sud.

Depuis hier, la toile commençait à s’emballer à la vue du nom du vainqueur du marathon de Gyeongju (Corée du Sud). En effet, relayée par le très respecté www.lestrun.com, l’information donnait le Français d’origine Kenyane Abraham Kiprotich comme le vainqueur ce dimanche 15 octobre en 2h06’54. Une information validée par le site de l’IAAF où le nom de Kiprotich apparaissait à la 26e position des bilans mondiaux. De quoi intriguer puisque Abraham Kiprotich n’est pas n’importe qui.

Pas de licence depuis 2013

Suspendu pour dopage en novembre 2013 pour contrôle positif à l’EPO à la suite du marathon d’Istanbul (Turquie) qu’il avait remporté, le coureur est depuis un paria du côté de la Fédération française d’athlétisme. D’ailleurs, dès son éclosion au plus haut niveau en 2012 (2h08’35) et sa qualification aux Jeux olympiques de Londres sur marathon (qu’il a abandonné), les regards de l’antidopage étaient braqués sur lui. L’année suivante, il n’avait d’ailleurs pas été sélectionné pour les Mondiaux de Moscou malgré sa victoire au marathon de Daegu en 2h08’33 (son record) pour des manquements de localisation sur son passeport biologique.

Interdit de courir pendant deux ans, l’athlète serait donc réapparu ce week-end sur une compétition officielle, la première depuis ce fameux 17 novembre 2013, jour de son contrôle, avec en prime, un record personnel battu de plus d’une minute et trente secondes à 32 ans. Mais finalement, il y a quelques minutes, son nom a disparu des bilans de l’IAAF pour voir apparaître celui de Felix Kiprotich. Pourquoi ? Il est difficile de savoir comment Abraham Kiprotich est apparu dans un premier temps dans les résultats. Surtout que selon www.allathletics.com, le Kenyan Felix Kiprotich (ou Filex Kipchirchir Kiprotich pour l’IAAF) s’était déjà imposé l’année dernière sur ce même marathon (en 2h06’58).

Une erreur d’enregistrement de l’athlète ?

Mais cette nouvelle version semble plus logique que la première, puisqu’après deux ans de suspension la performance d’Abraham Kiprotich était un peu trop grosse pour être vraie. « Il n’est plus licencié depuis 2013, explique Jean-François Pontier, le manager du hors-stade à la FFA que nous avions contacté avant le changement de nom. La dernière fois que je l’ai vu c’est en 2015 lors d’un stage fédéral au Kenya où il était passé. Il était venu s’excuser auprès de nous pour son histoire. Je ne savais pas du tout qu’il avait finalement continué de courir. »

Jusqu’à preuve du contraire, il n’a donc pas repris la course à pied.

Capture d’écran 2017-10-17 à 17.17.24

Le classement du marathon de Gyenongju 2017 selon www.all-athletics.com

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment