Florian Carvalho

Florian Carvalho a terminé 3e du 20 km de Paris.

 

En lice pour la victoire jusque dans les derniers kilomètres, les Français Florian Carvalho et Hassan Chahdi ont réussi une très belle rentrée sur le 20 km de Paris. Troisième, Carvalho rentre d’entrée dans la cour des grands pour sa première sur longue distance.

Florian Carvalho avait prévenu viser l’heure sur ces 20 km de Paris. Pour sa première sur une distance supérieure à 10 km, depuis son annonce de monter progressivement sur marathon (voir article), l’international français venait se tester à Paris. D’ailleurs, dès le début de course, il se calait dans le fond du peloton de tête où apparaissaient les meilleurs Français, sans Hassan Chahdi.

Chahdi parti prudemment

Le meilleur marathonien français avait en effet parié sur un départ « tranquille » avant de remonter comme une fusée après 3 km de course et de porter une première attaque violente. De là, la course partait et l’écrémage se faisait. Un temps dans le groupe de tête, les Français Benjamin Malaty, Jean-Damascène Habarurema et les frères Gras, lâchaient du lest. Seul Florian Carvalho, en compagnie d’une petite dizaine d’athlètes des hauts plateaux s’accrochait derrière le train terrible de Chahdi. « Je pensais que ç’allait partir doucement du coup je suis parti tranquille, lâchait Chadi. J’ai laissé partir et j’ai dû faire un effort pour recoller. Par contre, une fois que j’étais lancé j’étais dans mon truc et j’ai continué. »

Après un passage en 14’53 au 5e km puis en 29’06 au 10e km, le groupe n’était plus composé que de 9 unités. Parmi eux toujours les deux Français. Et alors qu’il semblait un peu juste, Florian Carvalho prenait les commandes aux alentours du 15e kilomètres (passage en 43’46). Derrière lui, tout le monde serrait les dents. « Hassan a mis des bastos tout le temps, souriait Carvalho. J’ai mené à un moment car je savais que je ne pourrais plus changer de rythme. J’ai joué un peu à l’intox. »

Carvalho dans le dur sur la fin

Un jeu qui a failli être payant puisque le Français ne fléchissait que dans le dernier kilomètre pour terminer troisième en 58’40, à seulement 12 secondes de Colins Chebii, le vainqueur du jour (58’28). « Je me surprends, avouait Carvalho. Je partais pour faire sous l’heure. J’ai pris des risques car on aura le temps de faire des courses bien menées. Tout au long de la course j’ai tamponné car j’étais un peu dans l’inconnu. Au bout de 13 km, j’ai commencé à avoir les muscles un peu bizarres. Le dernier 500 m a été horrible. Cardiaquement je suis prêt, mais musculairement il y a encore du travail. A la fin je suis mort. »

Hassan Chahdi

Hassan Chahdi avait un temps pris les devants.

 

Deuxième Français et sixième de la course en 58’44, Hassan Chahdi était également satisfait de sa performance. « Ca devait servir d’entrainement, explique le Français qui a repris l’entrainement complet depuis quelques semaines après un souci à un pied durant l’été. Je suis un peu surpris. Mais je sais que dès que je suis bien mentalement et physiquement, ça revient vite. »

Sophie Duarte première Française

Plus loin, Michael Gras (11e en 1h00’47) complétait le podium tricolore devant son frère Damien (13e en 1h01’29), Denis Mayaud (14e en 1h01’43) et Benjamin Malaty (15e en 1h01’46). Deux semaines après ses 2h13’10 de Berlin, le marathonien était venu pour se faire plaisir. « Dès qu’on a des kilos en 2’55 ça m’a mis dans le dur. J’ai le rythme sur 3’10 mais dès que ça va plus vite je le paie. »

Sophie Duarte

Sophie Duarte a terminé première Française des 20 km de Paris.

Chez les filles, la victoire est revenue à l’Ethiopienne Ayele Gebaynesh en 1h06’02 alors que Sophie Duarte a terminé première Française en 1h09’35 (7e au scratch). « Je venais ici pour une reprise en compétition, expliquait la championne d’Europe de cross 2013. Je suis mieux que l’année dernière après six semaines de préparation. J’ai un peu souffert sur la deuxième partie à partir du 15e mais je suis restée en équilibre. »

Satisfaite de son entame de saison, Sophie Duarte va se plonger dorénavant vers les cross. Tout comme la majorité des internationaux Français présents aujourd’hui sur les 20 km de Paris.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment